Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Abandon du projet de nouveau stade à Nantes : les réactions

lundi 25 février 2019 à 15:11 Par Marion Fersing, France Bleu Loire Océan

La décision de la maire de Nantes, Johanna Rolland, d'abandonner le projet de nouveau stade à côté de la Beaujoire suscite de nombreuses réactions.

Le projet de nouveau stade (ci-dessus) ne verra pas le jour à Nantes
Le projet de nouveau stade (ci-dessus) ne verra pas le jour à Nantes - HKS/ATSP

Nantes, France

Ce lundi midi, la maire de Nantes, Johanna Rolland, a annoncé l'abandon du projet de construction d'un nouveau stade à côté de la Beaujoire, en raison de l'ouverture d'une enquête préliminaire pour fraude fiscale à l'encontre du président du FC Nantes, Waldemar Kita. La métropole ne vendra pas au club les neuf hectares nécessaires à sa construction. Cette décision a suscité de nombreuses réactions, en voilà une sélection.

Le bon sens qui triomphe

Pour l'association de supporters À la nantaise, opposée depuis le départ à la construction d'un nouveau stade, "c'est le bon sens qui triomphe". "C'était un projet condamné à l'échec", pour son président, Florian Le Teuff, "dans sa première version comme dans sa deuxième avec deux stades côte à côte. C'était un gouffre financier pour le contribuable. Alors, la fraude fiscale présumée sert d'excuse mais il ne faut pas oublier que c'était un projet hors la loi (sic) puisque ni le maître d'ouvrage, n'avaient respecté un certain nombre d'obligations légales en terme de transparence et de concertation. Nous leur avions d'ailleurs envoyé une lettre de mise en demeure", poursuit le président d'À la nantaise.

Décision approuvée, aussi, par Romain Gaudin, le porte-parole des supporters de la Brigade Loire.

La Beaujoire, plus qu'un simple équipement sportif

Mounir Belhamiti, le député de la première circonscription de Loire-Atlantique, celle de Nantes, qui a succédé à François de Rugy quand il a été nommé ministre de la transition écologique salue pour sa part "une sage décision" prise par Johanna Rolland. Il insiste aussi sur l'importance de rénover la Beaujoire, comme évoquer par la maire de Nantes dans son communiqué.

Pour Laurence Garnier, cheffe de file de l'opposition à la maire de Nantes et proche du président nantais Waldemar Kita, "cette décision prouve que le dossier du futur stade a été piloté à vue avec un amateurisme constant". 

Le mandat de Johanna Rolland restera dans la tête des gens comme le mandat des projets ratés" Laurence Garnier