Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Stationnement payant à Bordeaux : "On n’a pas su convaincre" explique la municipalité

mardi 13 mars 2018 à 12:28 Par Lola Fourmy, France Bleu Gironde

Au lendemain de l’annonce de l’abandon du stationnement payant dans les quartiers Saint-Augustin et Caudéran, sur la rive gauche de Bordeaux, la municipalité tente de justifier sa décision. Explications de l’élu en charge de la vie urbaine.

Jean-Louis David, élu en charge de la vie urbaine à Bordeaux.
Jean-Louis David, élu en charge de la vie urbaine à Bordeaux. © Radio France - LF

Bordeaux, France

C’était un dossier brûlant et sur lequel Alain Juppé ne voulait pas reculer :  rendre payant le stationnement dans les quartiers Saint-Augustin et Caudéran à l’ouest du centre-ville. Finalement, la reculade est arrivée hier par communiqué. Comme nous vous l'expliquions sur France Bleu Gironde le maire affirme abandonner le processus face à "l’incompréhension des mesures proposées". Nous avons été à la rencontre de Jean-Louis David, élu en charge de la vie urbaine à Bordeaux.

France Bleu Gironde : pourquoi cette reculade maintenant ? 

Jean-Louis David : On n’a pas su se faire entendre et convaincre une partie de la population, qui a crié plus fort que les autres c’est une certitude. Dans ces conditions, Alain Juppé a donc considérer qu’il était plus sage d’annuler le dispositif prévu extra boulevard.

Quelle réponse à ceux qui disent que les riches vont être épargnés alors que les pauvres paient ?

Je n’ai pas reçu de messages dans ce sens-là. J’ai reçu beaucoup de messages qui me disent « nous nous attendions le stationnement réglementé, ça ne va pas solutionner le problème sur le fond des choses ». Sur le problème de l’équité sur le territoire : oui c’est un vrai problème qu’il faut que nous traitions tous ensemble. Mais qu’est-ce que ça révèle ? Que chacun est intéressé par la problématique de sa propre rue. L’intérêt général n’est plus d’actualité. Il va falloir, à un moment donné, appeler chacun à essayer de résister à cette terrible tentation de ne s’occuper que de son propre pas de porte. Chacun trouve une bonne raison de ne pas accepter le dispositif qui est mis en place. Ça veut dire que la démocratie participative n'est pas la même qu'il y a quelques années. 

Mais n’est-ce pas un peu improvisé cette décision, alors que le stationnement payant devait entré en vigueur ce mois-ci ?

Ce n'est pas de l’improvisation. C’est, à un moment donné,  la démocratie qui est la nôtre, qui a énormément évolué. Les réseaux sociaux, les médias, vous êtes chaque jour en prise avec nos concitoyens et les choses évoluent jour après jour et nous obligent forcément à modifier la réglementation en question. Ce qui a changé, c’est l’expression dans toutes les réunions organisées, les commissions, on n’est quand même pas des gens autistes. Quand on se balade dans la rue et qu’on noue la conversation avec nos concitoyens, on s’aperçoit que nous avons pas réussir à convaincre de l’utilité du dispositif. Mais on en reparlera un jour, sûrement.