Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Accord Moudenc-LREM : les délicates tractations pour la liste

-
Par , France Bleu Occitanie

Jean-Luc Moudenc réussit incontestablement un joli coup politique en décrochant cet accord avec le parti présidentiel. Mais le travail de composition de la liste s'annonce compliqué car les places vont être chères pour les partis qui vont avoir des exigences.

Jean-Luc Moudenc va devoir maintenant négocier les places avec Laurence Arribagé (LR) et jean-François Portarrieu (LREM)
Jean-Luc Moudenc va devoir maintenant négocier les places avec Laurence Arribagé (LR) et jean-François Portarrieu (LREM) © Maxppp -

Toulouse, France

Pour l'instant...tout va bien pour Jean-Luc Moudenc. Le maire LR sortant de Toulouse, en obtenant le soutien officiel de LREM pour les prochaines municipales, a marqué un point. Un accord a été trouvé avec le parti présidentiel alors que Jean-Luc Moudenc a toujours affiché une certaine proximité avec le Premier Ministre Édouard Philippe, et même avec le Président de la République. Toulouse est la seule grande ville de France où le maire sortant a décroché le soutien officiel. A Paris, Lyon, Marseille, Nice, Lille ou encore Bordeaux, c'est le grand flou et les négociations s'avèrent compliquées. 

Les négociations commencent avec les partis

C'est peut-être maintenant que les choses vont se compliquer pour le maire sortant. Au Capitole et à la LREM, les négociateurs se montrent très discrets sur les termes de l'accord toulousain officialisé lundi. Jean-François Portarrieu, le député marcheur désigné chef de file pourrait bien se sentir pousser des ailes. Mais il ne sera pas forcément candidat. "Ca ne veut pas dire que je n'y serai pas" précise-t-il rapidement.

Il est là l'enjeu pour Jean-Luc Moudenc qui veut boucler sa liste avant la bûche de Noël : arbitrer dans les candidatures. D'abord parce qu'il s'est engagé à avoir 50% de noms issus de la société civile. Il n'en reste donc que 50% de 71 (ndlr : il y a 69 élus au conseil municipal de Toulouse, mais la nouvelle loi électorale oblige à avoir deux candidats suppléants), soit 35 à distribuer entre les partis : Les Républicains, les Radicaux, Agir et surtout LREM.

LREM pourrait bien avoir des exigences, en terme de nombre et en terme de places. Jean-François Portarieu se dit très loin de tout ça, idem pour Laurence Arribagé, patronne des Républicains. Mais elle n'oublie pas de rappeler que le maire sortant est issu de son parti et "qu'un certain nombre d'élus LR se sont montrés fidèles et loyaux depuis 6 ans"...C'est donc bien Jean-Luc Moudenc le patron, mais il risque de faire des déçus...Pour rappel, il dispose aujourd'hui d'une majorité de 53 des 69 élus au conseil, dont cinq appartenant au parti LREM.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu