Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Affaire Baupin : "Je n'étais au courant de rien ", dit Jean-Luc Bennahmias

-
Par , France Bleu Breizh Izel
Quimper, France

Le député EELV Denis Baupin est accusé de harcèlement et d'agressions sexuelles sur plusieurs élues de son parti. Son ami Jean-Luc Bennahmias, en déplacement à Quimper, réagit sur France Bleu Breizh Izel.

Jean-Luc Bennahmias
Jean-Luc Bennahmias © Radio France - Anne Tréguer

Jean Luc Bennahmias dirigeait  le parti des Verts entre 1997 et 2001 et ce lundi soir il était à Quimper pour animer une conférence sur "l'Europe est-elle en danger ?" en cette journée de l'Europe.

Pour aller plus loin : Denis Baupin démissionne de son poste de vice-président de l'Assemblée Nationale et conteste tout harcèlement sexuel

Selon des témoignages, des faits d'harcèlement et agression sexuelle auraient été commis alors Jean-Luc Bennahmias était secrétaire national des Verts. L'ancien dirigeant écologiste déclare sur France Bleu Breizh Izel : "Si j'en avais entendu parler, on n'en serait pas là. Je suis un ami de Denis Baupin c'était l'un des mes assistants. Si des faits comme cela arrivent, on entend, on écoute et j'aurai immédiatement dit à mon ami Denis Baupin : 'tu déconnes, t'es dans une histoire passible de condamnation'. Mais jamais, jamais personne n'est venu me voir. Si jamais je l'avais su, l'organisation que je dirigeais aurait pris ses responsabilités et Denis Baupin aurait été contraint de démissionner, croyez moi ! " et Jean-Luc Bennahmias de poursuivre : "s'il y a harcèlement avéré, ces dames doivent porter plainte."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess