Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Affaire Benalla : Emmanuel Macron "doit parler" estime Jean-Pierre Cubertafon, le député périgourdin

mardi 24 juillet 2018 à 10:48 Par Fanny Bouvard, France Bleu Périgord

Alors que les auditions se poursuivent ce mardi devant les parlementaires, Jean-Pierre Cubertafon, le député Modem périgourdin, réagit sur France Bleu. "Incontestablement, il y a eu un dysfonctionnement" souligne-t-il.

Jean-Pierre Cubertafon, député de la 3ème circonscription de Dordogne.
Jean-Pierre Cubertafon, député de la 3ème circonscription de Dordogne. © Radio France - Benjamin Fontaine

Après les députés, c'est au tour des sénateurs de poser leurs questions cet après-midi à Gérard Collomb, le ministre de l’Intérieur. Les auditions se poursuivent ce mardi dans l'affaire Benalla. Patrick Strzoda, directeur de cabinet d'Emmanuel Macron, doit aussi être entendu par la commission d'enquête de l'Assemblée nationale. Audition dès 16h30.

"Je crois qu'il y a un peu de trahison dans cette affaire", Jean-Pierre Cubertafon

Pour Jean-Pierre Cubertafon, député Modem de la troisième circonscription de Dordogne, il y a eu "incontestablement un dysfonctionnement". "Je crois que si le président de la République ne s'est pas encore exprimé, c'est qu'il attend d'avoir des informations complémentaires, ajoute-t-il. Je partage le point du vue du préfet de Police de Paris (ndrl : Michel Delpuech, entendu hier) la responsabilité de cet événement vient essentiellement d'un copinage malsain entre les membres de la police et de la préfecture."

Le député périgourdin qui pense que "le président de la République doit parler", pour "rassurer les gens" et "donner des précisions".