Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Affaire Benalla : Emmanuel Macron sort du silence, "ça va calmer le jeu" dit le député du Bergeracois Michel Delpon

mercredi 25 juillet 2018 à 8:11 Par Benjamin Fontaine, France Bleu Périgord

Emmanuel Macron s'est enfin exprimé sur l'affaire Benalla ce mardi 24 juillet. Pour le député LREM du Bergeracois, Michel Delpon,

Michel Delpon, le député LREM du Bergeracois.
Michel Delpon, le député LREM du Bergeracois. © Radio France - Benjamin Fontaine

Il a fini par sortir de son silence. Six jours après le début de l'affaire Benalla Emmanuel Macron a reconnu sa responsabilité mardi soir. Une déclaration faite devant son gouvernement et sa majorité parlementaire quasiment au grand complet. Cela n'était pas prévu mais le président de la République s'est invité au pot de fin de session parlementaire à Paris.

"Ce n'est pas une histoire aussi importante que le dit l'opposition" - Michel Delpon

Pour Michel Delpon, député La République en marche du Bergeracois était présent. Pour lui, cette déclaration était essentielle. "Ça va calmer le jeu et comme ce sont les vacances, c'était important d'avoir une déclaration. Ce n'est pas une histoire aussi importante que le dit l'opposition. C'est juste un agent de sécurité qui a outrepassé ses fonctions. J'ai connu Alexandre Benalla pendant la campagne présidentielle lors des meetings, c'est quelqu'un qui a toujours fait son travail, là il a ait un excès de zèle," explique le député.

"Emmanuel Macron reconnait les services rendus. Il a dit qu'il allait décider à la rentrée de la restructuration des services, c'est une bonne chose je le crois," ajoute Michel Delpon.