Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Affaire Benalla - Le député PS de la Mayenne Guillaume Garot n'a pas été convaincu par Gérard Collomb

lundi 23 juillet 2018 à 18:02 Par Germain Treille, France Bleu Mayenne

Le ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb, et le Préfet de police de Paris, Michel Delpuech, ont été auditionnés, ce lundi, par la commission d'enquête parlementaire. De nombreux députés attendent désormais avec impatience les explications du Président de la République.

Guillaume Garot
Guillaume Garot © Radio France

Gérard Collomb a nié avoir commis une faute dans la gestion de cette affaire, renvoyant la responsabilité d'éventuels manquements au cabinet du Président de la République et au Préfet de police, qui s'est vigoureusement défendu un peu plus tard.

Il y a un débat juridique sur une possible convocation du Président souligne Guillaume Garot

Pour y voir plus clair, ne faudrait-il pas désormais convoquer Emmanuel Macron devant la commission ? 

Des parlementaires le réclament comme Jean-Luc Mélenchon. 

Avec ses collègues, Guillaume Garot a assisté aux auditions de cette folle journée à l'Assemblée et a trouvé les explications du ministre floues. 

Interrogé sur une possible convocation du chef de l'Etat, le parlementaire mayennais souligne que ce n'est pas encore d'actualité : "ce n'est pas interdit, ça reste à expertiser juridiquement. Il semble que ce soit possible juridiquement. Je rappelle juste une chose, nous sommes dans un régime de séparation des pouvoirs. C'est aussi ça le fondement de la démocratie. Je souhaite évidemment que le directeur de cabinet, le secrétaire général de l'Elysée, soient auditionnés. Tous ceux qui sont aux responsabilités pour assurer la sécurité au quotidien du chef de l'Etat. Nous ne sommes pas là pour ajouter de la crise à la crise. Nous ne sommes pas là pour créer une crise de régime. On a besoin de sérénité pour connaitre la vérité sur ce qui s'est passé. Force est de reconnaître que les pratiques au sommet de l'Etat ne sont pas conformes à l'idée que tout citoyen se fait d'une République exemplaire"