Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Affaire Benalla : les députés LR vont déposer une motion de censure

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Paris, France Bleu

Le patron des députés Les Républicains (LR) Christian Jacob a annoncé mardi que son groupe allait déposer une motion de censure contre le gouvernement à la suite de l'affaire Benalla. Objectif : que le gouvernement "s'explique". Mais cette procédure a peu de chance d'aboutir.

Christian Jacob, le patron des députés Les Républicains
Christian Jacob, le patron des députés Les Républicains © AFP - ludovic MARIN / AFP

Les Républicains (LR) ont décidé de déposer une motion de censure contre le gouvernement. La semaine dernière, le chef de groupe LR à l'Assemblée nationale, Christian Jacob, a demandé dans une lettre au Premier ministre de faire "une déclaration" à l'Assemblée au titre de l'article 50 de la Constitution dans le cadre de l'affaire Benalla. Le dépôt de la motion devrait intervenir dans les prochains jours, a précisé une source proche du groupe.

"Ce matin on a reçu la réponse, c'est une fin de non-recevoir du Premier ministre et, à partir de là, nous avons décidé de déposer une motion de censure", a déclaré Christian Jacob depuis l'Assemblée à la presse. "Nous déposons une motion de censure parce que nous souhaitons que le gouvernement s'explique". 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Peu de chance d'aboutir

Christian Jacob a reconnu dès à présent que la motion n'allait "pas faire tomber le gouvernement", au vu de la très large majorité LREM-MoDem. Le dépôt de la motion devrait intervenir dans les prochains jours, a précisé une source proche du groupe.

En vertu de l'article 50 de la Constitution, l'adoption d'une motion de censure par les députés oblige le Premier ministre à remettre au chef de l'Etat la démission du gouvernement.

Une motion votée par La France insoumise ?  

La motion LR, "signée uniquement par des membres du groupe", pourrait être votée par "qui veut", "quelles que soient les appartenances politiques", a précisé Christian Jacob, ironisant sur le fait que "peut-être certains élus de la majorité ou MoDem peuvent avoir un doute et voter".

Interrogée par BFMTV, la députée La France insoumise Danièle Obono a indiqué que son groupe cherchait toujours à déposer sa propre motion avec les communistes et les socialistes. Mais en fonction des "termes" de la motion LR, "nous nous donnons la possibilité de la voter", a-t-elle dit.

Dès le lendemain de l'affaire Benalla le 19 juillet, l'opposition de droite et de gauche a dénoncé un "scandale d'État". Jean-Luc Mélenchon, patron de la France Insoumise, a réclamé "une motion de censure pour obliger le gouvernement à venir s'expliquer". Finalement, majorité et opposition s'étaient mises d'accord pour doter la commission des Lois des pouvoirs d'enquête sur cette affaire.

C'est très bien, c'est la constitution" - Christophe Castaner 

Interpellé par des journalistes sur le sujet dans les couloirs, le secrétaire d'État aux Relations avec le Parlement et délégué général de LREM, Christophe Castaner, a lancé: "C'est très bien, c'est la Constitution".

Une seule motion de censure a été adoptée sous la Ve République en 1962, contre l'élection du président de la République au suffrage universel.

© Visactu -
Choix de la station

À venir dansDanssecondess