Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Affaire Benalla : les trois groupes de gauche à l'Assemblée vont déposer une motion de censure commune

vendredi 27 juillet 2018 à 16:48 Par Viviane Le Guen, France Bleu

Après Les Républicains (LR), les trois groupes de gauche à l'Assemblée annoncent ce vendredi qu'ils vont déposer une motion de censure commune contre le gouvernement à la suite de l'affaire Benalla.

Le député PCF André Chassaigne défendra mardi à l'Assemblée nationale la motion de censure commune de la gauche contre le gouvernement sur l'affaire Benalla.
Le député PCF André Chassaigne défendra mardi à l'Assemblée nationale la motion de censure commune de la gauche contre le gouvernement sur l'affaire Benalla. © Maxppp - Thomas Padilla

Après les députés Les Républicains (LR), les groupes Nouvelle Gauche (PS), GDR (communistes) et France insoumise ont annoncé ce vendredi à l'issue d'une réunion des  présidents de groupe qu'ils déposeront une motion de censure commune contre le gouvernement sur l'affaire Benalla. Elle sera défendue dans l'hémicycle mardi par le député PCF André Chassaigne ont précisé des députés à l'AFP.

"C'est une forme de rappel à l'ordre" a expliqué ce vendredi sur franceinfo le porte-parole du Parti socialiste Boris Vallaud. Le Parti socialiste avait proposé jeudi soir à tous les députés de gauche de déposer cette motion commune. "Ils nous ont contraints, par cette façon de faire [dans l'affaire Benalla], à cette motion de censure au gouvernement."

Selon le député des Landes, également membre de la commission des Affaires sociales, cette mention vise à "dire que le fonctionnement de nos institutions et l'Etat de droit sont des choses qui n'appartiennent à personne et qui nous dépassent très largement."

Peu de chance d'aboutir

Mardi, le patron des députés Les Républicains (LR) Christian Jacob avait annoncé que son groupe allait déposer une motion de censure contre le gouvernement pour l'obliger à "s'expliquer".

Toutefois, au vu de la très large majorité LREM-MoDem, il y a peu de chance que ces motions aboutissent à la démission du gouvernement, comme l'indique l'article 50 de la Constitution. 

"Ce que nous voulons, c'est un espace de débat qui ne se résume pas à cet exercice minimaliste un peu convenu des questions au gouvernement" a commenté Boris Vallaud. "Beaucoup de zones d'ombre demeurent et ce que nous voulons dire, c'est que nous serions collectivement grandis à aller au bout du travail parlementaire."

  - Visactu
© Visactu