Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Affaire Benalla : "L'hémicycle, ce n'est pas un tribunal" juge le député creusois Jean-Baptiste Moreau

lundi 23 juillet 2018 à 3:52 Par Sarah Vildeuil et Tommy Cattaneo, France Bleu Creuse

La ministre de la justice Nicole Belloubet a décidé ce dimanche de reporter l'examen de la révision constitutionnelle jusqu'à nouvel ordre. Depuis plusieurs jours, les débats à l'Assemblée nationale sont parasités par l'affaire Benalla. Pour le député de la Creuse, c'était la seule chose à faire.

Jean-Baptiste Moreau, député En Marche de la Creuse
Jean-Baptiste Moreau, député En Marche de la Creuse © Maxppp - Leon Tanguy

Creuse, France

Le quinquennat Macron fait face à une véritable crise politique. La ministre de la Justice, Nicole Belloubet a décidé ce dimanche de reporter les débats sur la révision constitutionnelle jusqu'à nouvel ordre, à cause de l'affaire Alexandre Benalla. Dans une vidéo,  il est possible de voir le désormais ancien "Monsieur sécurité" d'Emmanuel Macron frapper un manifestant en marge des manifestation du 1er mai.  Fallait-il vraiment suspendre l'examen de la réforme constitutionnelle ? Pour Jean-Baptiste Moreau, le député de la République en Marche de la Creuse, la réponse est oui.

"L'hémicycle, ce n'est pas un tribunal. Nous sommes députés, ni des juges, ni des procureurs" 

" Je pense que c'est la meilleure solution puisque depuis jeudi dernier, tout est bloqué", explique Jean-Baptiste Moreau. "Les rappels au règlement se succèdent les uns aux autres de la part de l'opposition, de l'extrême droite à l'extrême gauche. Cela ne servait donc à rien de continuer l'examen de ce texte. "

Pour le député de la Creuse, "cette affaire est grave, c'est une certitude. Maintenant il y a des procédure en cours, il y a une instruction judiciaire, une commission d'enquête doit démarrer ses travaux. Les condamnations arriveront si elles doivent arriver." 

"Je ne sais pas ce qui a pu lui passer par la tête"

Jean-Baptiste Moreau espère que les débats reprendront le plus vite possible. "Aujourd'hui on est là pour faire la loi. Cette affaire doit être éclaircie mais cela va peut-être prendre des jours voire des semaines, des mois. On ne va pas tout bloquer à l'Assemblée nationale en attendant. Qu'est ce que cela apportera de plus?" 

Le député de la Creuse a déjà eu l'occasion de croiser Alexandre Benalla lors de la campagne présidentielle ou encore ces derniers temps à l'Elysée ou lors des déplacements du Président de la République.  "C'était quelqu'un de très professionnel et sérieux, raconte Jean-Baptiste Moreau.  Après je ne sais pas ce qui lui est passé par la tête pour faire ce qu'il a fait. Il faut que l'affaire soit jugée et qu'il soit sanctionné à hauteur de ses responsabilités. Et s'il y a d'autres responsabilités à déterminer,  la justice le fera, la commission d'enquête aussi.  Mais il faut bien garder en tête que la commission d'enquête n'a pas vocation à remplacer la justice."