Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

VIDÉO - Affaire Benalla : "Une dérive individuelle" et non pas "une affaire d'État" pour Édouard Philippe

mardi 24 juillet 2018 à 17:11 Par Viviane Le Guen, France Bleu

Édouard Philippe s'est employé à défendre l'exécutif mardi en relativisant l'affaire Benalla lors d'une séance électrique de questions au gouvernement à l'Assemblée nationale. Le Premier ministre a balayé la polémique évoquant "une dérive individuelle" qui n'a rien "d'une affaire d'État".

Le Premier ministre Edouard Philippe durant la séance de questions au gouvernement le 24 juillet 2018 à l'Assemblée nationale à Paris.
Le Premier ministre Edouard Philippe durant la séance de questions au gouvernement le 24 juillet 2018 à l'Assemblée nationale à Paris. © AFP - Bertrand GUAY

C'est dans une atmosphère très tendue que le Premier ministre a brisé le silence de l'exécutif dans l'affaire Benalla ce mardi lors de la séance de questions au gouvernement à l'Assemblée nationale. Quelques heures auparavant, les députés LR ont annoncé leur intention de déposer une motion de censure pour obliger le gouvernement à "s'expliquer".

Sous les ovations du groupe En Marche et les quolibets de l'opposition, il a réfuté la qualification "d'affaire d'Etat", évoquant à la place "une dérive individuelle".
 

"Rien n'a été masqué, rien n'a été omis", a assuré le Premier ministre, soumis au feu roulant de questions des chefs de groupe, de Christian Jacob (LR) à Valérie Rabault (PS) en passant par André Chassaigne (PCF) et Jean-Luc Mélenchon (LFI) et le premier secrétaire du PS Olivier Faure qui a dénoncé "un clan qui s'autorise tout" autour du chef de l'État.
 

Le gouvernement est sous le feu des critiques depuis la diffusion de vidéos montrant Alexandre Benalla, un proche collaborateur du chef de l'Etat, en train de frapper et malmener deux manifestants le 1er mai.