Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Affaire Bygmalion: Philippe Briand, le président de la Métropole de Tours, sera bien jugé en correctionnelle

-
Par , France Bleu Touraine

La Cour de cassation a confirmé définitivement ce mardi le renvoi en correctionnelle de Nicolas Sarkozy dans le cadre de l'affaire Bygmalion. Philippe Briand, trésorier à l'époque de la campagne est lui aussi renvoyé définitivement en correctionnelle.

Nicolas Sarkozy et Philippe Briand à la fête de la violette en juillet 2015
Nicolas Sarkozy et Philippe Briand à la fête de la violette en juillet 2015 © Maxppp - Vincent Isore/IP3/Maxppp

Nicolas Sarkozy comparaîtra bien devant un tribunal correctionnel pour "financement illégal de campagne",  dans le cadre de l'affaire Bygmalion. C'est la Cour de cassation, la plus haute juridiction française, qui a rendu cette décision ce mardi. Après 2 ans et demi de bataille de procédures, l'ancien président de la République est renvoyé devant la justice pour le dépassement des frais de sa campagne électorale pour la présidentielle de 2012. 

Dans ce dossier, sept autres personnes sont poursuivies dont Philippe Briand le président de Tours Métropole qui était à l'époque le trésorier de la campagne de Nicolas Sarkozy. Dans cette affaire qui met en lumière un système de fausses factures pour cacher l'explosion non autorisée des comptes de campagne, le Président de Tours-Métropole, Philippe Briand contestait lui aussi son renvoi en correctionnel. 

Pas d'enrichissement personnel selon Philippe Briand

Philippe Briand est mis en examen dans cette affaire pour usage de faux, abus de confiance, recel d'abus de confiance, complicité de financement illégal, escroquerie. Sa ligne de défense reste la même depuis le début de cette affaire. Même si il était trésorier de la campagne, il était le payeur. Il signait les chèques en fonction des factures qu'on lui présentait, et qui étaient validées par le directeur de campagne. Il rappelle aussi qu'il n'a perçu aucun centime, qu'il n'y a pas eu enrichissement personnel, ni détournement.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess