Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Affaire Cabaré : "Je suis serein mais affecté", le député toulousain réagit aux accusations de harcèlement

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Occitanie, France Bleu

Depuis les révélations sur l'enquête qui vise le député LREM, on découvre ses relations tumultueuses avec au moins deux anciens collaborateurs. Accusé de harcèlement moral et sexuel et de licenciement abusif, Pierre Cabaré annonce qu'il a déposé deux plaintes début août.

L'élection de Pierre Cabaré en 2017 avait déjà été sujette à polémique à quelques jours du premier tour des législatives
L'élection de Pierre Cabaré en 2017 avait déjà été sujette à polémique à quelques jours du premier tour des législatives © Maxppp - Christophe Petit Tesson

Toulouse, France

En plein Grenelle sur les violences conjugales, la majorité se serait sûrement bien passée de cet épisode. La suppléante et ancienne attachée parlementaire du député toulousain Pierre Cabaré a déposé plainte pour harcèlement sexuel et moral et agression sexuelle. Celui qui est par ailleurs vice-président de la délégation aux droits des femmes, aurait eu des propos et des comportements déplacés envers plusieurs collaborateurs et notamment sa suppléante. La police toulousaine a commencé à auditionner les témoins. Elle devrait entendre Pierre Cabaré dans le mois.

La réaction du député 

La suppléante du député a, depuis, été licenciée de son poste d'attachée parlementaire, tout comme un autre collaborateur en début d'année. Un homme qui a pris la défense de sa collègue.  "Je suis serein mais affecté" confie le parlementaire à France Bleu Occitanie. Dans un communiqué de presse transmis ce mercredi soir, Pierre Cabaré dit ne pas connaître la teneur de la plainte qui le vise et explique également qu'après deux procédures contre lui devant les prud'hommes, il a décidé de contre attaquer et annonce que son avocat a déposé dès le 14 août août une plainte pour dénonciation calomnieuse et une autre pour fausse attestation à l'encontre des deux collaborateurs. Il ajoute espérer "de la part des médias et de la justice, un traitement équilibré de ces plaintes, respectueux de la présomption d'innocence et de la vérité".

Pierre Cabaré se serait séparé de six collaborateurs depuis le début de son mandat. Le turn-over dans les équipes des députés peu expérimentés est assez fréquent mais de l'aveu d'un parlementaire chevronné : six, c'est beaucoup. Toutefois les syndicats représentants les collaborateurs parlementaires constatent une inflation des licenciements et réclament des garde-fous.

Silence chez LREM, l'intersyndicale des collaborateurs parlementaires monte au créneau

Du côté de La République en Marche, on ne peut pas parler de franc soutien pour le député. Pierre Castéras, le référent LREM en Haute-Garonne, est resté silencieux ce mercredi, évoquant "une affaire privée" il assurait ne pas avoir cherché à joindre le parlementaire. Au niveau national, le président Stanislas Guérini se refuse à "commenter une action de justice en cours". 

En revanche, une très large intersyndicale des collaborateurs parlementaires CFE-CGC, CFTC, CGT, CFDT, SNCP-FO, Solidaires, Unsa, réclame une réunion d'urgence au président de l'Assemblée Richard Ferrand (LREM). L'intersyndicale affirme dans un communiqué transmis à l'AFP, qu'elle a déjà alerté sur ces questions de harcèlement, elle réclame qu'une cellule d'écoute soit créée et que le cas échéant, des sanctions soient prises. Le président de l'assemblée nationale recevra l'intersyndicale la semaine prochaine.

"On a plus de cas de harcèlement moral que sexuel. Mais le coeur battant de la république se doit d'être exemplaire en la matière! Il faut des actions allant jusqu'à l'inéligibilité" souligne Brayen Sooranna, secrétaire de la section CFDT à l'assemblée nationale.

Élu sans le soutien officiel d'En Marche

En 2017, treize jours avant le premier tour des élections législatives, la commission nationale d'investiture d'En Marche avait suspendu son soutien au candidat toulousain, prothésiste dentaire de métier. Motif : Pierre Cabaré n'avait pas un casier judiciaire vierge. Après les législatives de 2002 (où il s'était présenté pour Cap 21) il avait été condamné pour défaut de comptes de campagne. Le candidat Cabaré n'avait pas suivi la procédure de financement et avait omis de préciser cette condamnation, élément rédhibitoire dans les statuts d'En Marche qui se voulait alors le mouvement d'une nouvelle génération de politiques irréprochables. Sauf qu'il était trop tard pour retirer le matériel électoral, les électeurs de la première circonscription de Toulouse et Blagnac avaient donc trouvé des bulletins estampillés Cabaré-En Marche dans leur bureau de vote. 

Pierre Cabaré a remporté le scrutin avec un peu plus de 51% des voix et il est entré dans la majorité. Le recours déposé par son adversaire de droite avait été rejeté en novembre 2017 par le Conseil constitutionnel. Les sages estimant que cet épisode avait eu peu d'impact sur le résultat.  

Choix de la station

France Bleu