Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Politique

Affaire des assistants parlementaires du FN : le Parlement européen lève l'immunité de Jean-Marie Le Pen

mardi 12 mars 2019 à 15:19 Par Viviane Le Guen, France Bleu

Le Parlement européen a levé mardi l’immunité parlementaire du député Jean-Marie Le Pen. C'était une demande des juges parisiens qui instruisent l’affaire des emplois présumés fictifs des assistants parlementaires du Rassemblement national (ex-Front national).

Jean-Marie Le Pen le 1er mai 2018 à Paris
Jean-Marie Le Pen le 1er mai 2018 à Paris © Radio France - Olivier Lejeune

Jean-Marie Le Pen va-t-il à son tour être mis en examen dans l'affaire des emplois présumés fictifs des assistants parlementaires du Rassemblement national (ex-Front national) ? Rien ne s'y oppose. Le Parlement européen a levé mardi son immunité parlementaire. 

Plusieurs membres du parti d’extrême droite, dont Marine Le Pen, qui le préside depuis 2011, sont déjà mis en examen pour abus de confiance, recel d’abus de confiance, escroquerie en bande organisée, faux et usage de faux ainsi que pour travail dissimulé par dissimulation de salariés.

Soupçonné d'avoir mis en place un "système" frauduleux

La justice soupçonne le parti d'avoir mis sur pied un "système" organisé et frauduleux consistant à faire embaucher certains de ses permanents en qualité d'assistants parlementaires, et d'avoir rémunéré ces derniers avec des fonds européens, alors qu'ils n'ont pas, ou quasiment pas, travailler pour l’institution européenne.

Selon les informations communiquées par la justice française au Parlement européen, le fondateur et ancien président du Front national est soupçonné d’avoir mis en place ce "système".

Le Parlement européen a également levé mardi l’immunité de Dominique Bilde, eurodéputée du Rassemblement national, visée pour des faits similaires.

La cour d'appel de Paris a rejeté en février le recours de Marine Le Pen contre la procédure qui lui vaut d'être mise en examen dans cette affaire. La dirigeante du RN a annoncé qu'elle allait se pourvoir en cassation.