Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Affaire Fillon : en Touraine entre désarroi et inquiétude pour les élus

jeudi 2 mars 2017 à 9:10 - Mis à jour le jeudi 2 mars 2017 à 9:11 Par Annabelle Wanecque, France Bleu Touraine

Le maintien de la candidature de François Fillon à l'élection présidentielle, malgré sa convocation chez les juges le 15 mars et sa probable mise en examen, ne met pas tout le monde d'accord au sein de la droite tourangelle.

François Fillon réaffirme qu'il ira jusqu'au bout, malgré des défections au sein de son propre camp
François Fillon réaffirme qu'il ira jusqu'au bout, malgré des défections au sein de son propre camp © Maxppp - Maxppp

Tours, France

Voici les principales réactions que nous avons pu recueillir auprès de responsables de la droite tourangelle.

François Fillon porte aussi le destin de la France (P. Briand Député maire de Saint Cyr sur Loire)

Pour l'ancien président des Républicains en Indre-et-Loire , à la question : François Fillon peut-il tenir jusqu'à l'élection présidentielle : "Je ne sais pas si c'est une position tenable jusqu'à l'élection présidentielle. Quand on est candidat d'une grande famille politique, qu'on porte un projet pour la Droite et le Centre, il faut prendre ses responsabilités. Il porte aussi le destin de la France, je pense qu'il a pris sa décision en conscience."

Il est combatif et déterminé (Angélique Delahaye députée européenne LR)

Sitôt son annonce faite, François Fillon s'est rendu hier après-midi au Salon International de l'Agriculture, Angélique Delahaye Maire de Saint Martin Le Beau et Députée européenne LR l'a accompagné pendant cette visite : "Il est combatif, déterminé, comme il l'est depuis le début de cette affaire, je pense que ça lui redonne même du peps pour le combat. Il a été accueilli au Salon avec beaucoup d'applaudissement, de "Fillon Président". Il a toute une équipe engagée derrière lui, il attend de pouvoir parler de son programme, d'aller à l'engagement face aux candidats sur le programme."

La Droite et le Centre sont piégés par la Primaire (Christophe Bouchet, adjoint au maire UDI de Tours)

Plusieurs élus UDI se sont retrouvés après cette déclaration de François Fillon, pour Christophe Bouchet, l'un des adjoints au Maire de Tours, "François Fillon est dans une sorte de tambour de machine à laver, il a du mal à retrouver des arguments solides, sérieux pour sa campagne. La logique politique voudrait qu'il prenne lui-même la mesure politique des choses et qu'il sauve son camp. La Droite et le Centre sont piégés par la primaire, quand vous avez 4,4 millions de citoyens qui se déplacent sur la base du volontariat et paient 2 euros à chaque fois, pour aller voter pour un homme, la logique de François Fillon ensuite est juste. La période qui s'ouvre pour l'alliance de la Droite et le Centre s'annonce rude et mouvementée."

François Fillon, Philippe Briand et Hervé Novelli - Maxppp
François Fillon, Philippe Briand et Hervé Novelli © Maxppp - Maxppp

Il y a une sorte d'empêchement pour le candidat de la Droite et du Centre pour la campagne (Hervé Novelli ancien ministre et Maire de Richelieu)

Pour Hervé Novelli, soutien de la première heure de François Fillon, "après un quinquennat catastrophique, il y avait une volonté d'alternance très forte, et tout se passe comme si ce désir n'allait pas pouvoir trouver un candidat pour le porter, avec François Fillon, c'est le projet élaboré pour le redressement de la France qui risque de ne pas pouvoir jouer sa chance. Je le soutiens. Les difficultés en politique sont importantes, c'est pas parce qu'il y a une difficulté que je vais renoncer."

Pour ces élus de terrain, comment mener campagne sur un programme déjà mal accepté par une très large majorité des futurs électeurs . Pour les élus LR, même si le soutien ne se fait que du bout des lèvres, il n'y a plus à cette heure de plan B. Par contre, du côté des élus du Centre, certains ont déjà choisi le ralliement à Emmanuel Macron et d'autres se donnent encore quelques heures pour réfléchir à leur transfert. Une chose est sûre ils ne feront pas campagne pour la candidature de François Fillon