Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Affaire Fillon : "On est très mal", lance Arlette Grosskost

mercredi 1 février 2017 à 6:53 - Mis à jour le mercredi 1 février 2017 à 7:55 Par Aurélie Locquet, France Bleu Alsace, France Bleu Elsass et France Bleu

La députée haut-rhinoise Arlette Grosskost ne cache pas son embarras après les nouveaux développements de l'affaire Fillon ce mardi. Interrogée dans les couloirs de l'Assemblée nationale, elle admet qu'elle se pose des questions.

Arlette Grosskost, députée les Républicains, à l'Assemblée nationale.
Arlette Grosskost, députée les Républicains, à l'Assemblée nationale. © Maxppp -

Alsace, France

Elle est connue pour ne pas avoir sa langue dans sa poche : Arlette Grosskost, députée les Républicains du Haut-Rhin a réagi mardi à l'affaire Fillon dans les couloirs de l'Assemblée nationale. "On est très mal", explique l'Alsacienne. "Moi, j'ai un tas de SMS qui arrivent ou de mails de la part de militants de base qui me disent mais qu'est-ce qu'on fait? Que voulez vous que je réponde?"

J'ai toujours été contre le népotisme."

Arlette Grosskost était présente à la Villette dimanche soir lors du grand meeting de François Fillon. Elle parle d'une très belle prestation, tout en admettant qu'elle se pose des questions. "Faut-il à tout prix défendre notre candidat?" Le meeting de la semaine dernière "n'a pas permis de lever tout doute, toute problématique. J'ai toujours été contre le népotisme en politique de quelque manière que ce soit. Il conviendra quand même d'être plus transparent à l'avenir, à défaut de l'avoir été dans le passé."

La députée haut-rhinoise ne mâche pas ses mots. Mais il y a une question à laquelle elle refuse de répondre. Est-ce que François Fillon peut rester son candidat ? "J'ai décidé de m'arrêter cher Monsieur, c'est ma réponse."

"On est très mal", Arlette Grosskost.

Lire aussi: Le Canard Enchaîné revoit les rémunérations de Penelope Fillon à la hausse