Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Affaire Fontenel-Personne : la députée sarthoise REM sort de son silence et reconnaît une « erreur »

-
Par , France Bleu Maine

Deux semaines après sa mise en cause, la députée REM de la 3e circonscription de la Sarthe s’explique sur les voyages organisés à l’Assemblée Nationale par sa société de transports. Elle confesse une « erreur » et annonce qu’elle ne dirigera plus son entreprise à partir du 30 septembre.

Pascale Fontenel-Personne s'est expliquée devant la presse à sa permanence parlementaire d'Ecommoy
Pascale Fontenel-Personne s'est expliquée devant la presse à sa permanence parlementaire d'Ecommoy © Radio France - Bertrand Hochet

Elle a attendu deux semaines avant de parler à la presse sarthoise. Et elle voulu cadrer au maximum sa prise de parole. Assise derrière son bureau impeccablement rangé dans sa permanence parlementaire d'Ecommoy, Pascale Fontenel-Personne prévient les journalistes: "je vais lire une déclaration et ensuite vous pourrez poser trois questions maximum!". La députée de la troisième circonscription avait organisé ce mardi une conférence de presse officiellement pour "faire un petit bilan de début de mandat" et évoquer "les actions à venir". En réalité, surtout pour faire part de la décision de la déontologue de l'Assemblée Nationale après sa mise en cause au sujet d'un potentiel conflit d'intérêt. Affaire révélée par l’hebdomadaire Marianne.

"C'est une erreur. Çà n'aurait pas du arriver"

L'élue assure que la déontologue qui l'a reçue pendant une heure et demie, lui a demandé de "retirer du site Internet" de son entreprise de transports "les voyages à l'Assemblée Nationale qui étaient proposés" avec accueil sur place par la députée, moyennant 119€. Pascale Fontenel-Personne indique qu'elle a choisi d'aller plus loin encore en "cédant l'ensemble des parts de son entreprise". Ce sera, dit-elle, "acté le 30 septembre prochain". Autrement dit la députée REM de la troisième circonscription de la Sarthe ne dirigera plus, à partir de cette date sa société. "Pendant la campagne électorale, j'ai dit vouloir rester PDG à condition que ce soit compatible avec l'Assemblée Nationale". L'élue le constate: "je ne suis pas disponible pour mener de front les deux activités". Elle reconnaît: "c'est une erreur ça n'aurait pas du arriver". Sur le fond, elle précise qu'il n'y a eu "aucune visite à l'Assemblée Nationale" organisée par son entreprise de transport depuis son élection.

Décision de l'Assemblée Nationale la semaine prochaine

Pascale Fontenel-Personne pointe du doigt les difficultés rencontrées par les députés issus de la société civile. Elle milite pour qu'une période de transition soit mise en place pour celles et ceux qui deviennent députés pour la première fois. Théoriquement, suite à cette affaire, la Sarthoise risque jusqu'à la destitution, hypothèse aujourd'hui improbable. Le bureau de l'Assemblée Nationale et son président, François de Rugy qui doivent statuer, peuvent prononcer un "rappel au règlement". "A la limite, je trouve ça très bien", assure Pascale Fontenel-Personne. La décision devrait tomber dans le courant de la semaine prochaine.

D'autres "surprises"?

Au final, la députée aura répondu à bien plus que trois questions, pressée de se justifier par des journalistes qui ont cherché en vain à l'interviewer depuis les révélations du journal Marianne, le 7 septembre dernier. L'élue avait décidé de réserver son unique prise de parole à l'émission d'humour "Les grosses têtes". Interrogée sur ce choix qui a pu surprendre, elle répond: "chez En Marche, on est surprenants. Ce n'est pas la première fois qu'on vous surprend. Je pense que ce ne sera pas la dernière!"

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu