Politique

Affaire Penelope Fillon : la justice ouvre une enquête pour détournements de fonds publics et abus de biens sociaux

Par Thibaut Lehut, France Bleu Maine et France Bleu mercredi 25 janvier 2017 à 16:07 Mis à jour le mercredi 25 janvier 2017 à 19:44

Penelope Fillon, femme de François Fillon, en novembre 2016.
Penelope Fillon, femme de François Fillon, en novembre 2016. © Maxppp -

Le parquet national financier a annoncé ce mercredi avoir ouvert une enquête préliminaire pour détournement de fonds publics, entre autres. L'objectif : vérifier que Penelope Fillon, femme de François Fillon, n'a pas exercé d'emplois fictifs dans le cadre des mandats de son mari.

Le parquet national financier a annoncé ce mercredi l'ouverture d'une enquête préliminaire, après les révélations du Canard enchaîné au sujet de Penelope Fillon. Cette dernière porte sur "des chefs de détournement de fonds publics, abus de biens sociaux et recel de ces délits", a précisé le parquet. "Elle a été confiée à l'Office central de lutte contre les infractions financières et fiscales".

500.000 euros brut en huit ans

L'hebdomadaire satirique affirme, dans son édition de ce mercredi, que l'épouse de François Fillon a bénéficié pendant huit ans d'un salaire d'attachée parlementaire de son mari ou de son suppléant, sans pour autant exercer de réelle activité. Le Canard enchaîné précise que, "au total, Penelope aura perçu environ 500.000 euros brut sur les caisses parlementaires" en huit ans.

► LIRE AUSSI - Les parlementaires ont-ils le droit d'employer des proches ?

Le journal affirme également que Penelope Fillon a été salariée, en 2012 et 2013, de la Revue des deux mondes, détenue par Marc Ladreit de Lacharrière, ami de François Fillon. Dans ce même numéro du Canard enchaîné, Michel Crépu, directeur de la revue, assure ne jamais avoir rencontré Penelope Fillon et ne jamais l'avoir vue dans les bureaux de la revue, tout en ajoutant que l'épouse de François Fillon a signé "deux ou peut-être trois notes de lecture".

► LIRE AUSSI - Affaire Pénélope Fillon : "Toutes les épouses de député travaillent pour leur mari en milieu rural"

Fillon dénonce une "boule puante"

Interrogé sur ces accusations mercredi matin, François Fillon a estimé être victime de "boules puantes". "Je ne ferai pas de commentaire parce qu'il n'y a rien à commenter", a-t-il tout de même commenté. "Et je voudrais simplement dire que je suis scandalisé par le mépris et par la misogynie de cet article", a-t-il ajouté, avant de conclure. "Parce que c'est mon épouse, elle n'aurait pas le droit de travailler ? Imaginez un seul instant qu'un homme politique dise qu'une femme, comme le dit cet article, ne sait faire que des confitures. Toutes les féministes hurleraient !".

► À VOIR - François Fillon dénonce des "boules puantes"

Il demande à être reçu au plus vite par les enquêteurs

Le candidat LR à la présidentielle était en déplacement ce mercredi en Gironde. Il a visité l'entreprise aéronautique Thalès en compagnie du maire de Bordeaux, Alain Juppé, son rival malheureux à la primaire de la droite, qui n'a fait aucun commentaire sur l'affaire. Dans un communiqué publié dans la soirée, François Fillon s'étonne de "la rapidité avec laquelle le parquet national financier a ouvert une enquête sur les emplois présumés fictifs de son épouse, à trois mois de la présidentielle". Mais le candidat de la droite "demande à être reçu dans les plus brefs délais par les enquêteurs", et ajoute que cette enquête "permettra de faire taire une campagne de calomnie".