Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Affaire Rugy, retraites, violences policières : Emmanuel Macron interpellé en marge de sa visite sur le Tour de France

-
Par , France Bleu

Ce samedi matin, Emmanuel Macron a déambulé dans les rues de Bagnères-de-Bigorre, en marge de sa visite sur le Tour de France. Le chef de l'État a été interpellé par des habitants sur les grandes affaires du moment : François de Rugy, les violences policières et la future réforme des retraites.

Bain de foule pour Emmanuel Macron en marge de sa visite sur le Tour de France
Bain de foule pour Emmanuel Macron en marge de sa visite sur le Tour de France © AFP - Bob EDME / POOL / AFP

Bain de foule pour Emmanuel Macron ce samedi matin dans les Hautes-Pyrénées. Le chef de l'État a profité de sa visite sur le Tour de France pour aller à la rencontre des habitants de Bagnères-de-Bigorre. Et entre les selfies, certains l'ont interpellé sur différents sujets, notamment la réforme des retraites.

"Le système [des retraites] est devenu injuste"

Au sujet du rapport remis cette semaine par le haut-commissaire à la réforme des retraites, Jean-Paul Delevoye, Emmanuel Macron a soutenu son régime universel : "Pourquoi on veut réformer les retraites ? Parce qu'aujourd'hui, le système est devenu assez injuste, il y a des catégories qui sont très favorisées [...], il y en a d'autres qui sont très défavorisées".

"Je veux qu'on ait un système de retraite par répartition [...], mais qui soit plus juste, notamment pour les femmes, les carrières hachées." - Emmanuel Macron

Le gouvernement va désormais "se saisir" du rapport : "Ce qu'on veut rebâtir, c'est un contrat avec la nation". Et pendant plusieurs mois, "il doit y avoir un débat où on regarde secteur par secteur, catégorie par catégorie".

"Très préoccupé" par la disparition de Steve à Nantes

Interrogé également sur la disparition de Steve, jeune homme dont on est sans nouvelles depuis une intervention policière à Nantes lors de la fête de la musique, le Président s'est dit "très préoccupé". Pour lui, "il faut que l'enquête soit conduite jusqu'à son terme" sans pour autant "oublier le contexte de violences dans lequel notre pays a vécu". 

"Le calme doit revenir dans le pays."

La clarté "dans les prochains jour" sur l'affaire de Rugy

Quant à l'affaire de Rugy, du nom de l'ex-ministre de la Transition écologique qui a démissionné après les révélations de Mediapart, Emmanuel Macron assure que "la clarté sera faite dans les prochains jours". Il a rappelé que François de Rugy devait pouvoir "se défendre comme tout citoyen" : "Nous devons être attaché à la vérité, la transparence pour les décideurs publics mais aussi à la présomption d'innocence".

Homards, grands crus et invités triés sur le volet : les dîners organisés par François de Rugy alors qu'il présidait l'Assemblée nationale étaient tous "professionnels (...) c'est avéré" a indiqué vendredi à l'AFP une source proche de l'enquête en cours à l'Assemblée.