Politique

Affaire Théo : deux manifestations à Rouen dont une dispersée au canon à eau

Par Jules Brelaz, France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure) et France Bleu samedi 4 mars 2017 à 23:57

Samedi 4 mars à Rouen, la manifestation des jeunes en soutien à Théo dispersée par les forces de l'ordre.
Samedi 4 mars à Rouen, la manifestation des jeunes en soutien à Théo dispersée par les forces de l'ordre. © Radio France - Jules Brelaz

Trois jeunes ont été interpellés samedi après-midi à Rouen lors d'une manifestation contre les violences policières. Quelques heures plus tôt, environ 300 personnes avaient participé dans le calme à une marche pacifique.

Environ 300 militants, syndicalistes, étudiants et retraités se sont rassemblés samedi rive droite sur le parvis de la Cathédrale Notre-Dame de Rouen. C'était la cinquième journée de manifestation à Rouen depuis le début de l'affaire Théo. Un mois après le viol présumé de ce jeune d'Aulnay-sous-Bois par un policier, le Collectif de défense des libertés fondamentales (CGT, NPA, SUD, Attac, FSU...) appelait samedi après-midi à une marche pacifique en solidarité avec Théo et les autres victimes de violences policières.

Zyed et Bouna, Théo et Adama / On n'oublie pas, on ne pardonne pas !

"Police partout/Justice nulle part" ont scandé les manifestants. "Dans le cadre de l'état d'urgence, on a une multiplication des attaques policières contre des militants et en particulier contre des jeunes de banlieue défavorisés" a dénoncé Gérald Le Corre, l'un des responsables de la CGT en Seine-Maritime.

C'est qui les voyous? C'est qui la racaille? / Le Pen et Fillon en prison !

"Ce slogan, c'est pour dénoncer le deux poids, deux mesures" explique Michelle Ernis, conseillère municipale Front de Gauche à Saint-Etienne du Rouvray. "Il y en a qui se mettent de l'argent plein les poches et qui ne sont jamais arrêtés. A côté de ça, c'est du viol dont a été victime Théo, et Adama lui est mort". Et comme un symbole pour les manifestants, le cortège a finalement rejoint le Palais de Justice, avant de se disperser dans le calme.

Marche pacifique à Rouen

100 jeunes, 250 forces de l'ordre

Une heure plus tard, vers 17 heures, une centaine de personnes participent à une deuxième manifestation. Celle-ci se déroule rive gauche devant l'église Saint-Sever à l'appel du Mouvement des lycéens rouennais, collectif déjà à l'origine des quatre premières manifestations de soutien à Théo à Rouen (toutes émaillées d'incidents).

Pas de justice / Pas de paix ! Nous prenons le parti de ceux qui se révoltent par tous les moyens contre les violences policières

Pour éviter de nouvelles dégradations, près de 250 policiers et gendarmes mobiles sont déployés aux abords de l'église. Lorsque des jeunes cagoulés allument des fumigènes et tirent des feux d'artifices, les CRS sortent les canons à eau. Les manifestants sont repoussés sur l'avenue de l'Europe où ils se retrouvent bloqués entre les camions des gendarmes mobiles. Tous les jeunes sont contrôlés, y compris les journalistes, avant de pouvoir partir. Trois personnes sont interpellées, dont une pour détention d'engin pyrotechnique.

La manif qui dégénère à Rouen