Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Agriculteur et maire, c'est très difficile à concilier : un éleveur mayennais, élu en 2014, jette l'éponge

-
Par , France Bleu Mayenne

De moins en moins d'agriculteurs s'impliquent politiquement. Tous les six ans, lors des élections municipales, un nombre important d'agriculteurs-maires décident de ne pas se représenter. C'est le cas de Marc Bourges, à la tête de la commune d'Izé, dans les Coëvrons, depuis 2014.

Marc Bourges, le maire d'Izé, dans les Coëvrons
Marc Bourges, le maire d'Izé, dans les Coëvrons © Radio France

Département Mayenne, France

Dans les années 50, un maire sur deux était agriculteur. En 2014, selon les chiffres du ministère de l'Intérieur, 5.600 agriculteurs avaient été élus soit 15% de celles et ceux qui ont pris le pouvoir municipal. Et le chiffre baissera probablement encore cette année à l'issue des élections municipales des 15 et 22 mars. 

Je laisse la place pour souffler un peu", Marc Bourges, maire et agriculteur à Izé

Dans le département de la Mayenne, il y a 6 ans, 60 exploitants agricoles avaient pris la tête de leur commune respective. Certains ont décidé de ne pas se représenter. Cumuler travail à la ferme et fonction municipale devient presque "mission impossible". Marc Bourges est le maire d'Izé, village au pied du Mont Rochard dans les Coëvrons, veut désormais consacrer plus de temps à son exploitation. 

Producteur de volailles et éleveur bovin, il ne peut plus concilier passion de la terre et passion pour l'intérêt général : "je prends du retrait, je vais souffler un peu. On a souvent dit qu'un agriculteur avait le temps pour ça mais le métier a beaucoup changé. Chaque heure compte dans la journée. Quand je suis sur ma ferme, on peut m'appeler à tout moment, pour une urgence, pour une vache qui divague sur la route, pour un arbre tombé, pour signer des documents et ça arrive plusieurs fois par semaine. Il y a dix ou vingt ans, on faisait le job avec 10 personnes et aujourd'hui on fait ça avec 4 personnes". 

Les syndicats agricoles ont récemment demandé à leurs adhérents de se lancer dans la campagne des élections municipales car "les communes et les communautés de communes sont des échelons de proximité qui sont concernés par le dialogue entre la société et l'agriculture". 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu