Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Ahetze : protestation contre un projet immobilier dans une ancienne ferme

-
Par , France Bleu Pays Basque

Un promoteur immobilier souhaite réhabiliter un ancien corps de ferme en 10 logements "de haut standing". La Commission départementale de préservation des espaces naturels, agricoles et forestiers a donné un avis défavorable.

Les membres du parti Eh Bai devant la maison "Larre Luzea" à Ahetze
Les membres du parti Eh Bai devant la maison "Larre Luzea" à Ahetze © Radio France - Andde Irosbehere

"Le droit au logement n'est pas secondaire". C'est le message qu'a déployé mercredi dernier Eh Bai devant la maison "Larre Luzea" située à Ahetze, route de Bidart. Dans cette ferme, les terres sont aujourd'hui exploitées par un agriculteur en location, mais la bâtisse à l'architecture typique basque, est elle inhabitée depuis plusieurs années. Son propriétaire s'apprête ainsi à la vendre à un promoteur immobilier qui envisage d'y construire 10 logements. Le permis a été déposé il y a un mois.

Un projet qui fait grincer des dents le parti abertzale de gauche, qui y voit non seulement une menace pour l'agriculteur, mais aussi une opération financière qui ne va pas profiter à la population locale. "Le PLU prévoit déjà la création d'une zone artisanale qui empiète de 3,2 hectares sur son exploitation" indique Nikolas Blain, porte-parole d'Eh Bai. "Là, deuxième menace pour l'exploitant qui risque petit-à-petit de se fatiguer, et de quitter les lieux, puisqu'il y aura un conflit d'usage marqué".

"A priori on serait favorable à une réhabilitation d'une maison comme celle-là, on préfère avoir de la vie dans les villages. Mais le projet prévoit des logements "de haut standing". Au prix où partiront ces appartements-là, ça ne sera pas du logement accessible pour la population locale. On est en train de créer 10 résidences secondaires".

Ce sont les dernières terres agricoles d'Ahetze où il n'y a pas de mitage, pas de construction. Est-ce qu'aujourd'hui on accepte de mettre une verrue en plein milieu, qui petit-à-petit fera tâche d'huile. J'aimerais bien que dans 15 ans on ne soit pas dans une conférence de presse pour constater 400 logements ici.

Nikolas Blain, porte-parole du parti Eh Bai

Avis défavorable

Le PLU d'Ahetze, adopté en juillet 2019, prévoit un changement de destination pour cette bâtisse, aujourd'hui classée agricole. Mais le projet des promoteurs Guy Spanghero et Sylvain Marconnet (GSF Immobilier) semble avoir du plomb dans l'aile, la Commission départementale de préservation des espaces naturels, agricoles et forestiers (CDPENAF) ayant émis un avis défavorable cette semaine.

"Le permis, en cours d'instruction, m'oblige à avoir quelques réserves par rapport aux avis que la commune peut donner" indique de son côté le maire d'Ahetze, Philippe Elissalde. Mais ses propos laissent penser qu'il y est lui aussi opposé. "La CDPENAF s'est prononcée de manière négative sur ce projet, et j'en suis très satisfait, car c'est un projet que nous ne pouvions partager dans sa forme actuelle". 

"Par contre, il s'agit d'un patrimoine inscrit dans le PLU comme remarquable, donc il faudra trouver un jour des solutions pour qu'il puisse être réhabilité. La commune n'a pas de capacité à réinvestir ce lieu, car c'est un ensemble immobilier assez conséquent, mais j'espère que des projets émergeront pour que ce patrimoine bâti puisse retrouver sa splendeur."

Philippe Elissalde tient en revanche à souligner qu'il ne laissera pas se développer des résidences secondaires. "Dans le permis de construire, il n'est pas inscrit que ça serait des résidences secondaires, mais si tel était l'objectif, je ne peux pas partager un projet qui ne permettrait pas à des locaux de s'installer durablement sur notre territoire. Nous faisons tout, dans notre PLU, pour permettre à des porteurs de projets immobiliers d'inscrire dans leurs programmes du logement social; nous sommes à des taux d’exigence communale les plus élevées de la côte".

"Il y a des échéances électorales, certains sont peut-être en campagne, c'est leur droit, ils font valoir leur opinion et cela ne me gêne pas, mais qu'on ne laisse pas penser que les élus de la commune d'Ahetze ne partageraient pas un certain nombre d'objectif très prégnants sur notre territoire notamment en ce qui concerne l'habitat, l'agriculture ou l'économie".

Philippe Elissalde, maire d'Ahetze

Choix de la station

À venir dansDanssecondess