Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

"Ajaccio ! , le Mouvement" lancé par Laurent Marcangeli

samedi 29 septembre 2018 à 18:10 Par Olivier Castel, France Bleu RCFM

Le maire de la cité impériale a mis sur les rails son mouvement de centre-droit. Une nouvelle entité politique 100% ajaccienne, à moins de deux ans des élections municipales, et qui pourrait accueillir diverses tendances.

Laurent Marcangeli, le 29 septembre 2018 pour le lancement d'"Ajaccio! Le Mouvement"
Laurent Marcangeli, le 29 septembre 2018 pour le lancement d'"Ajaccio! Le Mouvement" © Radio France - Olivier Castel

Ajaccio, France

"Ajaccio !, le Mouvement". Ainsi intitulé, ce nouveau mouvement politique ajaccien a été lancé samedi 29 septembre par le maire d'Ajaccio.

Laurent Marcangeli a tenu un congrès fondateur devant environ 250 personnes. Ce n'est pas un parti, insistent ses responsables. Laurent Marcangeli sera candidat à la tête de ce mouvement, soutenu notamment par sa majorité municipale et de la Communauté d'Agglomération du Pays Ajaccien. Un mouvement de centre-droit, comme son fondateur, mais où d'autres tendances sont les bienvenues. 

"Il ne vous a pas échappé qu'à la communauté d'agglomération, il y a des vice-présidents qui travaillent avec moi qui ne sont pas issus non-plus de la famille politique dont je viens. Je n'ai pas changé, je reste une homme de droite, de centre-droit, comme je l'ai toujours dit. Mais aujourd'hui, sur la gestion locale, je trouve qu'il y a des clivages qui doivent être dépassés. Qu'on soit de gauche, de droite ou nationaliste [...]"

Laurent Marcangeli, maire d'Ajaccio

Je n'ai pas d'étiquette, je suis un homme libre !" 

Libre, Laurent Marcangeli l'est un peu plus depuis sont départ du parti "Les Républicains" en février dernier, pour cause d'incompatibilité(s) avec Laurent Wauquiez, disait-il alors. Dans la salle de l'espace Diamant, les élus de la majorité municipale ou communautaire, mais pas de José Rossi ou encore de Valérie Bozzi, soutiens affirmés de droite "et qui le restent" assure L. Marcangeli, concernant l'ancien président de l'Assemblée de Corse, et l'actuel maire de Grussettu - Prugna.

Au premier Rang, le président du Comité Central Bonapartiste (C.C.B.), André Villanova, est toujours là, preuve que Laurent Marcangeli ne renie pas ses soutiens les plus anciens.

Le comité Central Bonapartiste fait partie de la majorité municipale, et soutien la démarche de Laurent Marcangeli. Pour l'instant, il n'est pas question de faire participer dans ce mouvement des responsables politiques d'autres partis. On attend qu'il rassemble les gens que nous n'avons pu, nous, partis, rassembler. Si déjà le centre-droit se structure et se rassemble, c'est une bonne chose, si d'autres veulent s'associer, pourquoi pas.

André Villanova, président du Comité Central Bonapartiste

André Villanova (C.C.B.) au centre, Pierre Pugliesi et Jean-Pierre Aresu, conseillers municipaux de la majorité à gauche et à droite - Radio France
André Villanova (C.C.B.) au centre, Pierre Pugliesi et Jean-Pierre Aresu, conseillers municipaux de la majorité à gauche et à droite © Radio France - Olivier Castel

Les autres seraient-ils du côté des écologistes, auxquels Laurent Marcangeli fait un appel du Pied en parlant des fumées des ferries ? Ou plutôt de "La République En Marche" ? Kévin Rocchetti, coordinateur Europe du parti présidentiel en Corse était en tout cas présent à ce congrès fondateur :

La démarche est intéressante, elle est dans l'esprit d' "En Marche!". Je suis là en tant qu'observateur...[...] D'abord on écoute, ensuite on étudie, et après on verra pour un quelconque rapprochement. Pour l'instant, c'est juste une journée d'observation.

Kévin Rocchetti, coordinateur LREM Europe en Corse

En ligne de mire pour "Ajaccio ! le Mouvement", les municipales de 2020, pour lesquelles Laurent Marcangeli dit ne craindre aucune opposition, pas même nationaliste : "En face de moi, ùn ci hè nimu !" a-t-il même lancé depuis son pupitre.

Quelques 250 personnes étaient venues soutenir le nouveau mouvement.  - Radio France
Quelques 250 personnes étaient venues soutenir le nouveau mouvement. © Radio France - Olivier Castel