Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Municipales à Grenoble : "Je n'ai pas de leçon à recevoir de la majorité Piolle" clame Alain Carignon

-
Par , France Bleu Isère

L'ancien maire de Grenoble, candidat aux municipales de mars, fait son retour ce lundi au conseil municipal, comme élu d'opposition, profitant de la démission de deux colistières. 25 ans après avoir fini son mandat en prison, son retour divise. Il s'en explique sur France Bleu Isère.

Alain Carignon invité de France Bleu Isère à l'occasion de son retour au conseil municipal de Grenoble.
Alain Carignon invité de France Bleu Isère à l'occasion de son retour au conseil municipal de Grenoble. © Radio France - Nicolas Crozel

Grenoble, France

"Ce n'est pas une question personnelle, si je suis ici c'est parce que Grenoble est en crise, ma personne n'a pas d’intérêt, _l’intérêt c'est la ville_." Alain Carignon feint de minimiser la portée de son retour. Mais s'il revient dans l'arène, sans attendre les élections de mars, c'est pour endosser le costume d'unique opposant et incarner l'alternance. Si on l'écoute, c'est lui ou le chaos qui attend la capitale des Alpes en mars prochain.  

"Éric Piolle ne veut débattre qu'avec ceux qui pensent comme lui" - Alain Carignon

"Avec Éric Piolle, Grenoble est devenue la première ville de France pour ce qui est de l'endettement. En 2008, avec Michel Destot (ancien maire PS), Grenoble est devenue la première ville en terme d'impôts par habitant, et pendant ce temps là, les équipements publics se dégradent, la ville décline" argumente-t-il. Cette situation exige selon l'ancien maire (dont le dernier mandat s’était achevé en détention provisoire avec à la clé une condamnation en 1996 pour corruption), que Grenoble renoue avec sa tradition de grands débats publics. Or, selon lui son lointain successeur "étouffe les discussions car il ne veut débattre qu'avec ceux qui sont d'accord avec lui. Ce n'est pas l'histoire de la ville, Grenoble est une ville de débats, il faut qu'on retrouve le goût du débat." 

"Je n'ai pas été condamné à rembourser le moindre euro pour la ville car je n'ai rien pris" - Alain Carignon

Alain Carignon accuse Éric Piolle d'être à la manœuvre  dans le déchaînement de haine qui (le) vise : tracts, tags inscrits sur les murs, il demande qu'une bonne fois pour toutes, on arrête d'utiliser son passé judiciaire. "Il n'y a pas un euro du budget de la ville qui concerne l'époque ou j'étais aux affaires, plus aucun emprunt en cours, je n'ai pas été condamné à rembourser le moindre euro pour la ville car je n'ai rien pris, il va falloir qu'on m'explique comment tout cela (ndlr : la situation actuelle des finances de la ville) pourrait être"la faute à Carignon" ".

Alain Carignon invité de France Bleu Isère ce lundi matin à l'occasion de son retour au conseil municipal

"Je n'ai pas de leçon de féminisme à recevoir" - Alain Carignon

Interrogé sur le fait qu'il a souhaité retrouver un fauteuil d'élu, avant même les élections et que, pour se faire, il a fallu obtenir la démission de deux femmes, Alain Carignon réplique sèchement.  "Les deux femmes en question ont rejoint mon équipe d'une part, et d'autre part, je n'ai pas de leçons à recevoir de M. Éric Piolle parce qu’il a licencié la seule femme dirigeante d'une société d'économie mixte à Grenoble, pour caser un de ses amis, l'ancien élu Pierre Kermen. Cette dame a été licenciée sans aucun motif professionnel" affirme Alain Carignon. 

"Ce budget ne passera pas l'hiver" - Alain Carignon

La séance du jour est consacrée au vote du budget pour 2020, mais selon Alain Carignon : _"c'est un faux budget, il ne passera pas l'hiver donc quelque que soit le résultat de l'élection de mars, nous nous retrouverons ensuite"_conclut Alain Carignon, confirmant ainsi son intention de siéger quelque soit le verdict des urnes.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu