Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Alain Cartron, maire de Nuits-St-Georges en Côte-d'Or : " nous allons organiser le grand débat national"

lundi 14 janvier 2019 à 16:36 Par Stéphane Parry, France Bleu Bourgogne

Ce mardi débute le grand débat national. Sébastien Lecornu, Ministre des Collectivités Territoriales et Emmanuelle Wargon secrétaire d'Etat à la transition écologique vont coordonner le débat. A Nuits-St-Georges, le maire Alain Cartron est prêt à organiser les premières réunions sur sa commune.

Alain Cartron, dans son bureau à la mairie de Nuits-St-Georges
Alain Cartron, dans son bureau à la mairie de Nuits-St-Georges © Radio France - Stéphane Parry

Dijon, France

D'un côté, les maires qui se disent prêts à organiser le grand débat national proposé par Emmanuel Macron. De l'autre, des élus farouchement opposés à participer à ces réunions publiques autour des thèmes qui divisent les Français. Alain Cartron, le maire de Nuits-St-Georges, fait partie de la première catégorie : "ces rencontres, on avait décidé de les faire, il y a un moment," avoue le maire. "On souhaitait attendre pour que ces réunions s'inscrivent dans ce que recherche le gouvernement. Je ne voulais pas que l'on débatte sur des sujets qui ne puissent pas être pris en compte au niveau national. En même temps, j'avais très peur que l'on ne comprenne pas la lettre d'Emmanuel Macron. Ce n'est pas le cas. Je suis rassuré."  

Ce débat, il faut le faire - Alain Cartron, maire de Nuits-St-Georges

Avant de connaître les modalités de ce grand débat national, Alain Cartron a pris les devants : "ce débat, il faut le faire. Le gouvernement a beau expliquer sa politique, les citoyens ne comprennent plus. Et c'est nous les maires, qui sommes en première ligne. Lorsqu'un habitant n'est pas satisfait, qui va t-il voir ? le préfet ? non! le maire ? oui ! les citoyens doivent revenir dans la vie démocratique. Les cahiers de doléances, je n'y crois pas. Nuits-St-Georges est une ville trop grosse."

Sur l'organisation des débats, Alain Cartron a déjà son idée : "dans les réunions que nous allons proposer, le maire et les adjoints vont faire parler les gens. Nous serons là pour jouer le rôle de modérateur. Nous aborderons les thèmes qui figurent dans la lettre aux Français. Par exemple, sur le mille-feuille administratif, je souhaite que les citoyens nous disent qui ils veulent pour s'occuper de leurs affaires et à qui ils souhaitent payer _leurs impôts_." 

Ce n'est pas aux maires d'organiser ces débats qui sont la conséquence des mauvaises décisions prises par le président de la République - François Rebsamen,  maire de Dijon 

Tous les maires de Côte-d'Or ne sont pas prêts à donner de leur temps pour ce grand débat national. Interrogé à ce sujet, le maire de Dijon, François Rebsamen a déjà fait savoir qu'il ne participerait pas aux débats : "si c'est juste pour refiler la patate chaude aux maires, ce n'est pas la peine. Je suis d'accord pour prêter des salles, je l'ai déjà fait. Des gilets jaunes ont pu débattre avec des parlementaires de la majorité. Moi même je transmettrai des propositions. Ce n'est pas aux maires de France d'organiser ces débats qui sont la conséquence de mauvaises décisions prises par le président de la République," conclu François Rebsamen

Trois idées reçues sur le grand débat national avec Dominique Andolfatto, professeur de sciences politiques à l'Université de Bourgogne

Retrouvez les interviews d'Alain Cartron et de François Rebsamen, ce mardi en écoutant la matinale de France Bleu Bourgogne.