Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Alain Juppé à l'Elysée pour parler rapprochement métropole/département

dimanche 30 septembre 2018 à 11:06 Par Pierre-Marie Gros et Thomas Coignac, France Bleu Gironde

Cinq présidents de métropoles, dont Alain Juppé, sont reçus ce lundi par Emmanuel Macron: l'exécutif veut rapprocher métropoles et conseils départementaux, sur le "modèle lyonnais". Une réforme dont ne veut pas Jean-Luc Gleyze en Gironde, car "elle va accentuer la fracture territoriale".

C'est la troisième fois qu'Alain Juppé se rend à l'Elysée ppour évoquer le sujet avec Emmanuel Macron - archives -
C'est la troisième fois qu'Alain Juppé se rend à l'Elysée ppour évoquer le sujet avec Emmanuel Macron - archives - © AFP - Patrick Kovarik

Bordeaux, France

Jamais deux sans trois : c'est la troisième fois, après novembre et août derniers, que le chef de l'Etat reçoit à l'Elysée les présidents de métropoles pour évoquer un éventuel rapprochement entre leurs collectivités et les conseils départementaux.  Outre Alain Juppé pour Bordeaux Métropole, sont conviés Christian Estrosi (Nice), Jean-Luc Moudenc (Toulouse), Johanna Rolland (Nantes) et Damien Castelain (Lille).

Deux grandes villes vont manquer à l'appel : Marseille - l'exécutif a par enclenché une mission pour étudier la fusion de la métropole d'Aix-Marseille avec le département des Bouches-du-Rhône -  et Lyon, où cette fusion a déjà été actée en 2013,  par le maire de l'époque Gérard Collomb, aujourd'hui ministre de l'Intérieur. Et c'est ce fameux "modèle lyonnais" qui sera en discussion, pour une possible application dans les grandes métropoles.

Une perspective qui inquiètent les présidents des conseils départementaux concernés, dont Jean-Luc Gleyze pour la Gironde. Le 10 septembre, ils ont écrit au président de la République "La perspective d'une réforme des métropoles calée sur ce seul modèle lyonnais, au détriment des départements dans leurs compétences et périmètres actuels, nous paraît contenir le risque irrévocable d'accentuer davantage les fractures territoriales qui affaiblissent notre pays, fragilisent le tissu social et alimentent la montée des extrêmes", écrivent-ils dans leur lettre. 

Jean-Luc Gleyze vent debout contre la métropolisation 

"Quel est le risque demain? , argumente Jean-Luc Gleyze. Imaginez que demain, la métropole ait les moyens d'équiper les collèges de façon très performante, alors que le reste du département n'aurait pas les moyens de le faire. Tous les collégiens n'auraient pas les mêmes égalités de chance au sein de leur établissement. Ce n'est donc pas acceptable. _Le département est aujourd'hui la vraie collectivité qui redistribue les richesses de la métropole vers le secteur rural, il faut impérativement garder ce lien entre les territoires._"

Jean-Luc Gleyze ne veut pas entendre parler d'une possible perte de compétences du Conseil départemental de Gironde - archives -  - Radio France
Jean-Luc Gleyze ne veut pas entendre parler d'une possible perte de compétences du Conseil départemental de Gironde - archives - © Radio France

Alain Juppé sait très bien que je ne lâcherai pas le morceau et que je ferai tout pour empêcher la métropolisation - Jean-Luc Gleyze, président du Conseil départemental de Gironde.

Le département garantit le lien entre les territoires, il ne faut pas y toucher" Jean-Luc Gleyze, le président du conseil départemental de Gironde

Alain Anziani, le maire de Mérignac, se montre de son côté très dubitatif . "Déjà, cela serait bien qu'on en fasse une analyse, de ce fameux modèle lyonnais, Est-ce qu'il marche ou pas, est-ce qu'il a généré des économies, est-ce qu'il est lisible pour la population ?". Pour lui, cette éventuelle fusion n'est pas une priorité.  "C'est un serpent de mer, ajoute-t-il. Une décision très lourde sur le plan politique. Ma position c'est surtout qu'il y a une question plus large, autour de l'aménagement du territoire".

Alain Juppé s'est toujours montré très prudent sur ce sujet, déclarant qu'il appliquerait  la loi si elle est votée, sans se montrer plus enthousiaste que cela. Mais certains de ses proches y sont carrément favorables, à l'image de Franck Raynal, le maire de Pessac. "Sur le territoire de la Métropole, il y a doublon. Moi ce que je souhaite, c'est que Bordeaux Métropole prenne les compétences du département sur cette zone-là. Par contre, sur le plan rural, l'importance du Département n'est pas à démontrer".

"Ce serait plus cohérent, plus logique" Franck Raynal, maire de Pessac