Politique DOSSIER : Poitou-Charentes : dette et impayés

Alain Rousset en visite à Poitiers pour rassurer les agents de l'ex-conseil régional de Poitou-Charentes

Par Thomas Benech, France Bleu Creuse, France Bleu Gironde, France Bleu La Rochelle, France Bleu Périgord et France Bleu Poitou jeudi 31 mars 2016 à 6:00

A Poitiers, Alain Rousset va tenter de rassurer ses agents de Poitou-Charentes.
A Poitiers, Alain Rousset va tenter de rassurer ses agents de Poitou-Charentes. © Maxppp - DR

Une semaine après le pique-nique des agents de Poitou-Charentes dans la cour de la maison de la région pour demander plus de respect et d'écoute de la part du président d'ALPC, Alain Rousset est ce jeudi 31 mars à Poitiers pour les rencontrer. Environ 600 personnes sont attendues pour l'écouter.

C'est à partir de 10h30 qu'Alain Rousset, le président d'ALPC, doit rencontrer à huis-clos les agents de l'ex-conseil régional de Poitou-Charentes. Il doit prendre la parole devant eux pendant environ 2h depuis le gymnase Collinot à Poitiers. Son intervention sera suivi d'un temps d'échange avec la salle et le traditionnel jeu des questions-réponses. Objectif pour Alain Rousset : rassurer ses agents alors qu'ils se sentent montrés du doigt après les révélations autour de l'affaire des dérives financières de Poitou-Charentes, région présidée par Ségolène Royal, puis par Jean-François Macaire jusqu'à décembre dernier.

On pourrait atteindre 1 milliard d'euros de dettes

Ce rendez-vous intervient à quelques jours de la présentation devant la commission des finances de la nouvelle région de l'audit commandé au cabinet Ernst & Young. Ce sera le 7 avril prochain. On connaîtra alors l'état des finances de Poitou-Charentes. Pour Olivier Chartier, conseiller régional Les Républicains et président de la commission des finances les dettes de l'ancienne collectivité s'élèveraient à plus d'un milliard d'euros. Il y a, selon lui, la dette bancaire estimée à 450 millions d'euros dont 200 millions d'euros d'emprunts à risques, les 350 millions d'euros de crédit-bail liés à l'achat de rames de TER. Des sommes auxquelles il faut rajouter les impayés de Poitou-Charentes qui sont supérieurs selon Olivier Chartier aux 132 millions d'euros annoncés. Bref l'addition est salée. Se pose maintenant la question du remboursement de ces dettes. Ce qu'espère le président poitevin de la commission des finances de la région ALPC, c'est que cette situation n'aura pas de répercussions sur les dépenses à engager pour le développement de Poitou-Charentes.

Je serai vigilant pour qu'il n'y ait pas de double peine pour Poitou-Charentes. Olivier Chartier, conseiller régional d'opposition et président de la commission des finances.

Dans cette affaire de dettes de l'ex-conseil régional, on annonçait que les sommes dues aux entreprises ayant réalisé des travaux pour le compte de Poitou-Charentes seraient réglées à la fin du mois de mars. C'est ce à quoi s'était engagé Alain Rousset. Or selon la Confédération de l'artisanat et des petites entreprises du bâtiment (CAPEB) de la Vienne, des entrepreneurs attendent toujours de toucher les sommes qui leur sont dues. Cela concernerait sur tout Poitou-Charentes une cinquantaine d'entreprises pour des montants compris entre 10 000 et 280 000 euros. Suite à cette situation, Alain Rousset a, selon la CAPEB, désigné une personne pour régler cette situation d'urgence.

Au vu de tous ces éléments, l'affaire des dettes de l'ex-région Poitou-Charentes est loin d'être terminée tant sur le plan financier que politique. Des politiques qui commencent à sortir du bois pour demander à ce que les responsabilités dans cette histoire soient établies. Le conseiller régional socialiste Cyril Cibert envisage d'ailleurs de porter plainte pour abus de confiance. En parallèle, il y a également ce travail d'enquête mené en ce moment depuis Bordeaux par la chambre régionale des comptes sur la fusion des régions et la situation de Poitou-Charentes.