Politique

Alain Rousset espère un poste dans le nouveau gouvernement Valls

Par Yves Maugue, France Bleu Gironde mardi 1 avril 2014 à 17:30

Alain Rousset sur le perron de l'Elysée en février dernier
Alain Rousset sur le perron de l'Elysée en février dernier © Maxppp

Après Alain Juppé et Michèle Delaunay dans les gouvernements précédents, Alain Rousset se verrait bien être le représentant bordelais au sein de l'équipe constituée par le nouveau Premier ministre Manuel Valls.

La composition du nouveau gouvernement devrait être révélée demain mercredi dans la matinée. Manuel Valls a pris ses fonctions de Premier ministre ce mardi après-midi. Il a succédé à Jean-Marc Ayrault. Le président François Hollande a souhaité un gouvernement "de combat" et un gouvernement resserré. Les tractations se déroulent à Matignon et à l'Elysée en vue de former la nouvelle équipe gouvernementale.

Depuis deux ans, la Gironde comptait une ministre : la bordelaise Michèle Delaunay, ministre déléguée chargée des personnes âgées et de l'autonomie. On ne sait pas si elle va conserver son poste alors que son projet de loi sur la dépendance doit être présenté mercredi prochain en conseil des ministres. Un autre politique du département, Alain Rousset, le président de la Région Aquitaine et président de l'Association des Régions de France, aimerait bien décrocher un poste de ministre. Il y a deux ans, après l'élection de François Hollande, Alain Rousset avait déjà assez mal vécu de ne pas entrer au gouvernement. Certains l'avaient estimé victime de la parité. Avec la possibilité de ce remaniement ces derniers jours, l'ambition est revenue. Même s'il n'a cessé de s'en défendre.

"Je ne suis candidat à rien. J'aime trop ce que je fais"

Sauf qu'hors micro, le discours n'était pas tout à fait le même ces dernières semaines. Lors d'un déjeûner avec quelques journalistes Bordelais juste avant le 1er tour des élections municipales, alors que les questions fusaient sur la candidature à Bordeaux de Vincent Feltesse ou sur la situation à Pessac, Alain Rousset s'était plaint de ne pas être suffisamment interrogé sur les dossiers nationaux. Il avait envoyé quelques piques à Arnaud Montebourg, qui lui avait été préféré il y a 2 ans à la tête du Redressement Productif, accusé d'intervenir toujours avec un temps de retard alors que le rôle du politique est d'anticiper les difficultés des entreprises. Et il n'avait pas hésité à dessiner les contours du ministère qu'il aimerait diriger : autour de l'industrie avec une part d'écologie et d'aménagement du territoire.

Très vite, il a réclamé un changement d'équipe gouvernementale

La semaine passée, au micro de France Bleu Gironde, Alain Rousset a été l'un des premiers responsables socialistes à réclamer clairement du changement.

"François Hollande doit renverser la table. Il faut des réformes."

Alain Rousset est prêt aujourd'hui à offrir son expérience à Manuel Valls. Si le nouveau 1er ministre veut s'appuyer sur lui. Cela effacerait en partie la gifle reçue à Pessac dimanche. Le président de la Région Aquitaine a eu du mal à encaisser la défaite de Jean-Jacques Benoît dans la ville qu'il a conquise en 1989 et dirigée durant trois mandats. D'autant qu'il s'était engagé personnellement en figurant en dernière position sur la liste socialiste.