Politique

Alain Rousset : "Je ne quitterai pas mon poste de député"

Par Florence Pérusin, France Bleu Gironde lundi 4 janvier 2016 à 10:17

Alain Rousset dans le studio de France Bleu Gironde
Alain Rousset dans le studio de France Bleu Gironde

Le président sortant de l'Aquitaine prend les rênes ce lundi de la nouvelle grande région et ne compte pas renoncer à son mandat de député de la Gironde avant que la loi ne l'y oblige en 2017.

France Bleu Gironde: Vous prenez les rênes d'un territoire grand comme l'Autriche. C'est cela l'échelon local régional que vous défendez?

Alain Rousset : Vous attaquez fort ! Notre région va faire la taille d'une région européenne. Après tout dépend le dispositif que l'on met en place. Si vous regardez l'histoire de l'Aquitaine, nous étions jusqu'à maintenant aussi présents sur le bassin de Lacq qu'à Sainte-Alvère donc à cette échelle avec des équipes qui vont être renforcées par les trois conseils régionaux ce sera possible je le pense de mettre en place cette nouvelle proximité.

Cette présence dont vous parlez, elle va coûter combien?

Rien du tout ! Les frais de déplacement ? Vous savez qu'il existe aujourd'hui le numérique et des possibilités de faire des visio-conférences. Et puis, vous me posez de ces questions... Aujourd'hui le problème, c'est plus le chômage et la réussite scolaire de nos ados que les frais de déplacement des élus et ce que ça va coûter. Sur la durée, je vous assure que ça ne coûtera pas plus cher, je m'y suis engagé.

Est ce que tout va continuer de se passer à Bordeaux?

Pas du tout ! J'ai chaque jour trente personnes déployées sur le terrain. Le défi le plus important c'est de faire une région ensemble, de mettre en place d'autres actions publiques, d'autres manières de faire pour exister à plusieurs. Il faut aussi que l'on soit conscients d'appartenir à une grande collectivité certes mais qui a le visage de nos territoires.

Les français ne veulent plus ni des habitués de la politique ni des cumulards. Vous qui entamez votre 4ème mandat et  qui êtes député, avez-vous l'impression d'incarner le renouveau que les gens attendent?

En tous cas j'ai l’impression d'avoir gagné ces élections et que le gens m'ont fait confiance. Peut-être parce qu'en Aquitaine, on a réussi à faire une région très attractive. Peut-être que mon métier dans le privé de responsable de reconversion industrielle a irrigué ma responsabilité de président et peut-être que la réussite de l'Aquitaine a aussi séduit en Limousin et en Poitou Charentes.

Quitterez-vous votre mandat de député avant 2017 ?

2017 c'est demain alors non, je respecterai la loi. Et puis vous savez ceux qui font des grandes annonces (NDLR: Xavier Bertrand dans le Nord Pas de Calais Picardie), ils cumulent aussi les présidences des grandes aglomérations.

La déchéance de nationalité vous la voterez?

Je suis assez réservé. Si elle est symbolique, je ne vois pas ce qu'elle apporte et en même temps il faut qu'on s'interroge sur son côté dissuasif et sa capacité à empêcher   qu'un certain nombre de jeunes ne basculent dans le djihadisme. Question à laquelle je n'ai pas encore de réponse, je m'interroge encore.

Alain Rousset invité de la matinale


Partager sur :