Politique

Allocations revalorisées, "aide au répit" : Ayrault présente le projet de loi pour l'autonomie des personnes âgées

France Bleu jeudi 13 février 2014 à 8:05

Jean-Marc Ayrault
Jean-Marc Ayrault © Maxppp

Le gouvernement a dévoilé mercredi un projet de loi sur l'autonomie des personnes âgées. Son objectif : améliorer les aides financières pour permettre aux personnes âgées de rester chez elles le plus longtemps possible. Le texte devrait être adopté avant la fin de l'année.

Aider les personnes âgées à rester chez elles le plus longtemps possible : c'est l'objectif du projet de loi sur l'autonomie des personnes âgées, présenté mercredi par Jean-Marc Ayrault et les ministres de la Santé et des Personnes âgées, Marisol Touraine et Michèle Delaunay.

Après deux mois et demi de concertation, le texte sera soumis dans les jours à venir au Conseil économique, social et environnemental, et présenté en conseil des ministres le 9 avril prochain. Objectif : le faire adopter avant la fin de l'année pour une entrée en vigueur en 2015.

Que prévoit ce projet de loi ?

La revalorisation de l'Allocation personnalisée à l'autonomie (APA) : c'est la mesure principale de ce projet, qui représente 375 millions d'euros. Cette allocation couvre une partie des dépenses de quelque 700.000 personnes âgées pour avoir une aide à domicile. Les plafonds vont être relevés, permettant à 600.000 allocataires de toucher en moyenne 50 euros de plus par mois, et jusqu'à 600 euros pour les plus dépendants.Des mesures de prévention de la perte d'autonomie : chaque année, ce volet de la loi verra 140 millions d'euros consacrés à ces mesures. Il s'agira par exemple d'attribuer des aides à l'installation de dispositifs favorisant l'autonomie à domicile, comme la télésurveillance.L'adaptation des logements privés : c'était une promesse de campagne de François Hollande. Quelque 80.000 logements vont avoir droit à des travaux d'adaptation pour les personnes âgées, d'ici à 2017.Les Résidences Autonomie : c'est le nouveau nom des foyers-logement. Cette offre de logements intermédiaires, à mi-chemin entre le domicile particulier et la maison de retraite, devrait être développée, avec un plan de 40 millions d'euros sur trois ans.L'aide au répit s'adresse aux 4,3 millions de personnes qui aident une personne âgée à son domicile. Elle permettra de "s'absenter quelques jours en garantissant que le relais sera pris ". Une taxe sur les retraites pour financer le projet

Pour financer ce projet, le gouvernement va s'appuyer sur une taxe déjà mise en place : la Casa, une taxe sur les pensions des retraités imposés. Elle s'élève à 0,3%, et rapporte chaque année 645 millions d'euros par an. Un groupe de travail va plancher sur ces mesures à partir du mois de mars.

"Le périmètre financier de la réforme est trop limité " selon le président de l'Association des directeurs au service des personnes âgées, Pascal Champvert. Même constat pour Alzheimer France, selon qui les moyens alloués ne sont pas suffisants.