Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique DOSSIER : Centenaire de la Première Guerre mondiale

Amiens : le centre d'interprétation de la Première Guerre mondiale "sur la bonne voie"

lundi 5 novembre 2018 à 8:59 Par Claudia Calmel, France Bleu Picardie

C'est ce qu'affirme Joseph Zimet, le directeur général de la mission centenaire 14-18. Il accompagne depuis hier Emmanuel Macron dans son itinérance sur les sites de la Grande Guerre pour les 100 ans de l’Armistice. Ils seront tous les deux dans la Somme vendredi.

Joseph Zimet, directeur général de la Mission du Centenaire 1914-1918
Joseph Zimet, directeur général de la Mission du Centenaire 1914-1918 © Maxppp - Photo PQR / L'Est Républicain

Amiens, France

Ce voyage présidentiel sur les traces de la Grande Guerre va durer une semaine. Emmanuel Macron va traverser deux régions, onze départements. C’est la première fois depuis le Général de Gaulle qu’un président part en déplacement en province aussi longtemps sans repasser par Paris. La première étape de ce déplacement a eu lieu ce dimanche 4 novembre à Strasbourg, avec notamment une cérémonie avec le président allemand. Emmanuel Macron ira ensuite en Moselle et en Meurthe-et-Moselle dans la Meuse, la Marne, l'Aisne, le Nord-Pas-de-Calais et donc la Somme vendredi, à Albert, à Thiepval et à Péronne. Des lieux où il fallait forcément s'arrêter, selon Joseph Zimet : _"_Surprendre le Président dans son département d'origine ne va pas être chose facile : il connait évidemment déjà ces lieux. Péronne et son historial incontournables, Albert aussi en tant que porte d'entrée des champs de bataille. Il en est de même du mémorial franco-britannique de Thiepval où le président de rendra avec le Premier Ministre Britannique Theresa May."

Bientôt un centre d'interprétation de la Première Guerre Mondiale à Amiens ?

Le projet serait "sur la bonne voie", selon Joseph Zimet, même s'il ne se prononce pas sur un éventuel délai : _"Je suis favorable -et je pense que les élus le sont aussi- à ce qu'Amiens assume pleinement de base arrière pour le tourisme de mémoire des champs de bataille de la Somme et des Hauts-de-France. Dans un rapport que j'ai remis l'an dernier au Premier Ministre, j'ai pointé un paradoxe : la ville est dotée de toutes les infrastructures utiles pour accueillir les visiteurs des champs de bataille, mais jusqu'à récemment, elle n'assumait que timidement ce statut de capitale du Centenaire. Pour ce qui est du financement, il faut garder en tête que le tourisme de mémoire est une richesse qui rapporte aussi des fonds aux territoires. On estime que les retombées du tourisme mémoriel dans la Somme avoisinent les 30 millions d'euros. Mais je pense qu'on peut faire mieux, en se raccordant avec les grands sites du Pas-de-Calais et la construction d'une grande politique de mémoire à l'échelle des Hauts-de-France, pour que la région soit à 14-18 ce que la Normandie et ses plages du débarquement sont à la Seconde Guerre Mondiale."_

L'interview de Joseph Zimet est à retrouver ici.