Politique

Ancien maire de Brive et ministre gaulliste, Jean Charbonnel est mort

Par Alexandre Chassignon et Philippe Graziani, France Bleu Limousin jeudi 20 février 2014 à 18:05

  Jean Charbonnel en 2013 à Paris.
Jean Charbonnel en 2013 à Paris. © Vincent Isore / Maxppp

Jean Charbonnel est mort ce jeudi à Paris, à 86 ans. Il a été maire de Brive pendant 30 ans et au gouvernement sous de Gaulle et Pompidou. Sa carrière a aussi été marquée par d'importantes divergences avec Jacques Chirac. Il s'était récemment investi pour la réouverture de l'enquête sur la mort de Robert Boulin.

En 30 ans à la mairie de Brive (1966-95), Jean Charbonnel a marqué la ville. Il est à l’origine de la construction de plusieurs quartiers, de la rénovation du centre-ville et d’importants travaux contre les inondations. Il est aussi l’un des artisans de la création de la Foire du livre .

Il est mort ce jeudi à Paris, d'un cancer foudroyant. Il aurait eu 87 ans en avril.

Élu plusieurs fois député, il a aussi été appelé au gouvernement, comme secrétaire d’État aux Affaires étrangères sous de Gaulle (1966-67) et comme ministre du Développement industriel et scientifique sous Pompidou (1972-74).

Militant jusqu’au bout

En Corrèze, il a cotoyé Jacques Chirac avec qui il a entretenu des relations conflictuelles. Jean Charbonnel reproche à l'ancien président de la République d'avoir "brisé le gaullisme". Le RPR lui a opposé Bernard Murat, qui l’a battu pour la députation en 1993 avant de prendre la mairie en 1995.Ces dernières années Jean Charbonnel militait pour la réouverture d’une enquête sur la mort de Robert Boulin, le ministre gaulliste retrouvé mort en 1979 dans un étang. A la thèse du suicide (retenue par la justice), Jean Charbonnel préférait celle de l’assassinat. “Un règlement de compte politique”, pointait-il en 2009 dans une enquête de Benoît Collombat de France Inter.Il était allé, en 2013,  jusqu’à proposer à la garde des Sceaux de lui fournir deux noms présentés comme les responsables de la mort de Robert Boulin.