Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Élection présidentielle : ancienne résistante, Mélanie Volle appelle à voter Emmanuel Macron contre le Front national

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire
Saint-Étienne, France

Mélanie Volle a 95 ans. Communiste modérée depuis sa jeunesse, ce qui l'a amenée à résister aux Nazis pendant la Seconde Guerre Mondiale. Face au nationalisme, au second tour de l'élection présidentielle, elle appelle les électeurs à la responsabilité en votant Emmanuel Macron.

Mélanie Volle a gardé de nombreux documents de l'époque de la Résistance.
Mélanie Volle a gardé de nombreux documents de l'époque de la Résistance. © Radio France - Marc van Torhoudt

Lundi, comme tous les ans au 1er mai, Mélanie Volle, ancienne résistante de la première heure, ira déposer une gerbe de fleur au Mémorial de la Résistance et de la Déportation de Saint-Etienne, en hommage aux victimes de la Seconde Guerre Mondiale. Pour elle, la France est à un moment crucial de son existence : et l'ancienne résistante refuse que le pays bascule du côté du nationalisme.

Dès qu' elle sort de l'enveloppe où elle la conserve précieusement une photo la montrant les cheveux courts, à 17 ans, en 1938, les souvenirs reviennent. "Je m'étais coupé les cheveux pour ressembler à un garçon et passer en France clandestinement avec un groupe de travailleurs", raconte Mélanie Volle. A l'époque, elle s'appelle encore Mélanie Berger.

Une histoire hors du commun

Un nom autrichien, puisque Mélanie Volle est née à Vienne, en Autriche. Un pays qu'elle a fui dès l'arrivée des Nazis en 1938. Jeune communiste, elle et deux compagnons ont cherché par tous les moyens à rejoindre la France : "Pour nous c'était le pays de la paix et des Droits de l'Homme. Nous chantions la Marseillaise, en allemand. C'était un chant révolutionnaire", explique-t-elle. Le problème, c'est qu'à son arrivée en France, elle est considérée, en tant que germanophone, comme ennemie de la France, et expulsée de Paris, pour se retrouver à Montauban, dans le Sud.

Pour nous la France était le pays des droits de l'Homme et de la paix.

C'est là qu'elle voit arriver les Allemands et l'Occupation s'installer. Une Occupation contre laquelle elle résiste, comme elle avait commencé à le faire à Vienne dès ses seize ans, en tractant et en collant des affiches anti-nazis. "Mais je me suis faite attraper en janvier 1942. J'ai été jugée et condamnée à 15 ans de travaux forcés. Après un an de prison à Toulouse, j'ai été transférée aux Baumettes à Marseille. C'est de là que je me suis évadée en 1943 avec l'aide de mes compagnons de résistance." Soignée à Lyon, elle reprend ensuite ses activités jusqu'à la Libération.

L'histoire de Mélanie Volle.

Elle rencontre ensuite celui qui deviendra son mari, Lucien Volle, chef d'un groupe de Résistants, le Groupe Lafayette, à l'origine de la libération du Puy-en-Velay. Ensemble, ils décident de se battre pour la sauvegarde de la mémoire des Résistants. C'est pourquoi depuis quatre ans, Mélanie s'est installée à Saint-Etienne, tout près du Mémorial de la Résistance et de la Déportation, où elle intervient régulièrement auprès du jeune public.

Un message pour les élections

"J'ai toujours voté contre des projets, et cette année, j'ai voté pour un projet en lequel je croyais", explique l'ancienne résistante. Ce projet, c'était celui de Jean-Luc Mélenchon. Mais le leader de la France Insoumise n'a, de peu, pas franchi le premier tour de l'élection présidentielle. Comme ses électeurs, elle est aujourd'hui face à un dilemme entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen.

Il faut à tout prix éviter que Marine Le Pen devienne présidente.

Enfin, pas vraiment : "J'irai voter Emmanuel Macron, même si son projet ne me plaît pas. Il faut à tout prix éviter de permettre à Marine Le Pen de devenir présidente. Nous devons sauver la démocratie. A mon époque, c'était la peur du Juif, aujourd'hui ce sont les étrangers. Mais c'est le même repli sur soi, toujours aussi dangereux. Il faut sauver l'Europe, c'est elle qui nous a évité la guerre depuis 70 ans. Marine Le Pen est plus dangereuse que son père. Lui au moins on savait ce qu'il pensait. Pas elle. Mais ça reste la même, qui a nié la responsabilité française dans la rafle du Vel d'Hiv, et le même parti avec des négationnistes des chambres à gaz."

Mélanie Volle appelle à empêcher Marine Le Pen de devenir présidente de la République.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess