Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Anne Hidalgo lance un appel au gouvernement après la noyade d'un jeune homme migrant à Paris

mercredi 9 mai 2018 à 16:27 - Mis à jour le mercredi 9 mai 2018 à 17:03 Par Martine Bréson, France Bleu Paris et France Bleu

Anne Hidalgo a réagi après la noyade d'une jeune Afghan dans le canal Saint-Martin, mardi avant l'aube. La maire de Paris interpelle le gouvernement. Elle demande une opération de mise à l'abri des migrants installés dans ces camps.

Anne Hidalgo se rend dans les campements de migrants tous les vendredis.
Anne Hidalgo se rend dans les campements de migrants tous les vendredis. © Maxppp - JULIEN DE ROSA

Paris, Île-de-France, France

La noyade d'un jeune homme migrant dans le canal Saint Martin mardi, révélée par France Bleu Paris, a fait réagir Anne Hidalgo. Pour la maire de Paris ce drame montre l'urgence d'une mise à l'abri.

Elle interpelle le gouvernement et précise que la Ville est prête à le soutenir dans cette démarche. Anne Hidalgo est très mobilisée. Tous les vendredis, elle se rend au nord de la capitale pour faire le point avec les associations sur ces campements sauvages de réfugiés et dénoncer ces conditions de vie indignes.

Dans un communiqué les élus du groupe Alternative Écologiste et Sociale de la Région Ile-de-France appellent la présidente du conseil régional, Valérie Pécresse, et la Préfecture d’Ile-de-France "à agir afin qu’un tel drame ne puisse se reproduire".

Emmanuelle Cosse de son côté a fait part de son sentiment : "Entre écœurement et colère, je ne sais que choisir. En deux ans, nous avons mis à l'abri plus de 30.000 personnes. J'ai du mal à croire que le nouveau monde ne sache pas agir pour quelques milliers". La conseillère régionale d'Ile-de-France et ancienne ministre du logement de François Hollande s'est également exprimée sur twitter.

Mardi, l'association Terre d'Asile par la voix de son directeur général Pierre Henry s'était déjà fait entendre : "Nous craignions le pire et le pire est arrivé", avait-il déclaré à France Bleu Paris.

Pierre Henry, directeur général de Terre d'Asile.