Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Annonces d'Emmanuel Macron : Fabien Di Filippo n'a pas vu de "stratégie pour refaire de la France une nation prospère"

-
Par , France Bleu Lorraine Nord

Fabien Di Filippo se montre sévère au lendemain de la conférence de presse d'Emmanuel Macron. Le député (LR) de Moselle estime que le Président de la République ne fait que de la "communication à crédit".

Fabien Di Filippo, élu dans la circonscription de Sarrebourg-Château-Salins
Fabien Di Filippo, élu dans la circonscription de Sarrebourg-Château-Salins © Radio France - Cécile Soulé

Moselle, France

Après cinq mois de mobilisation des gilets jaunes et à l'issue du grand débat qu'il avait voulu pour tenter de trouver les réponses à cette crise, Emmanuel Macron était très attendu, jeudi, pour une conférence de presse inédite depuis son arrivée à l'Elysée.

Au lendemain de ces annonces, Fabien Di Filippo se montre très critique sur France Bleu Lorraine envers le Président de la République. Le député Les Républicains de Moselle (Sarrebourg-Château-Salins) n'a rien vu qui pourrait réduire "les fractures qui aujourd'hui mettent notre pays à mal ni de stratégie pour refaire de la France une nation prospère." 

Fabien Di Filippo attendait des corrections sur "les taxes injustes qui ont fait tant de mal" telle que la CSG, la hausse du prix des carburants... La baisse annoncée de l'impôt sur le revenu et la réindexation des retraites sur le montant de l'inflation ? "De la communication à crédit" estime le député.

Seul à ces yeux trouve grâce la promesse présidentielle qu'il n'y aurait plus de fermetures d'école ou d'hôpitaux d'ici à la fin du quinquennat. Mais il se montre méfiant sur le passage aux actes et craint que cela n'empêche pas les fermetures de classes ni de services. 

Il y a un discours sur la réalité de la fracture territoriale, mais les actes ne vont pas au bout des choses 

Fabien Di Filippo, député LR de Moselle, invité de France Bleu Lorraine

Choix de la station

France Bleu