Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

Annonces d'Emmanuel Macron : les Gilets Jaunes de la Manche n'y trouvent pas leur compte

-
Par , France Bleu Cotentin

Déçus par les annonces du président de la République, les "Gilets Jaunes" de Carentan appellent à de nouvelles mobilisations sur les ronds points dès demain. Annonce faite par l'un des porte-paroles du mouvement invité de France Bleu Cotentin ce vendredi matin;

"Il faut repartir sur les ronds points", déclare le porte-parole des Gilets Jaunes de Carentan
"Il faut repartir sur les ronds points", déclare le porte-parole des Gilets Jaunes de Carentan © Maxppp - LO PRESTI

Carentan, France

Pierre Durant est "Gilets Jaunes" de la première heure sur le secteur de Carentan dans le centre Manche. Il a écouté le Chef de l'Etat jeudi soir, mais estime que le président n'a pas pris la mesure des revendications des "Gilets Jaunes". Il appelle donc à une nouvelle mobilisation pour une 25ème samedi de mobilisation et veut même réinvestir les ronds points. 

Il a répondu à aucune de nos demandes.

"Nous, ça fait cinq mois qu'on se bat et ça qu'on entend le président dire qu'il fait ce Grand Débat et qu'il en a tenu compte. Mais à mon avis, ça fait cinq mois d'enfumage. Il reste un grand chantier avec des projets mais rien de bien concret. 

La première qu'on attendait hier soir vis à vis des citoyens, c'est au moins une hausse du pouvoir d'achat. La réindexation des retraites était un effort à faire, mais il faut qu'il continue les efforts. Les primes par exemple, ce n'est pas ce qu'on veut. On demande que quelqu'un qui gagne le Smic puisse vivre dignement de son salaire. Aujourd'hui toutes les personnes qu'on voit sur les ronds points, nous disent qu'elles ont du mal à finir le mois et parfois dès le 10 ou 15 du mois. Et ça c'est inadmissible, qu'un français qui travaille ne puisse pas vivre de son propre salaire".

Rien sur le prix du carburant, ni sur les 80 km/heure

"Le président n'a rien dit sur la baisse des taxes sur le carburant alors que les prix augmentent pour revenir au même niveau que le 17 novembre lorsqu'on a lancé notre mouvement. Sur les 80 km/heure, on s'attendait à de grosses annonces et finalement rien. 

"Concernant les promesses d'Emmanuel Macron sur la non fermeture d'hôpitaux et d'écoles d'ici la fin du quinquennat, c'est une bonne nouvelle parce qu'après tous les services qui ont déjà fermés, on a des déserts médicaux dans des régions comme la nôtre". 

On va repartir sur les ronds points

"Je ne m'attendais à de grandes réformes. La seule chose, c'est qu'on s’aperçoit qu'on a un président qui garde le cap. Il a peut-être entendu les français mais il reste obtus et borné sur ses choix, et il continue sur ce qu'il avait prévu.

On avait prévu de faire une pause ce samedi, mais on tous se réunir ce vendredi soir. Et je pense qu'il faut inciter les gens les ronds points pour montrer que les gens ne veulent pas d'une politique austère. On veut un président qui nous écoute et subvenir aux besoins des français. Il va falloir continuer à se battre et frapper plus fort".