Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

VIDÉO - Antraigues-sur-Volane : Hollande, Ferrat et... les "gilets jaunes"

jeudi 29 novembre 2018 à 15:24 Par Emmanuel Champale et Nathalie Rodrigues, France Bleu Drôme Ardèche

L'ancien président de la République a rendu hommage jeudi au chanteur dans son village d'Ardèche. Il a aussi échangé avec des "gilets jaunes" venus à sa rencontre.

Francois Hollande à Antraigues le 29 novembre 2018
Francois Hollande à Antraigues le 29 novembre 2018 © Radio France - Nathalie Rodrigues

Antraigues-sur-Volane, France

Deux visites avaient été programmées à Antraigues-sur-Volane (Ardèche) durant son quinquennat, les deux ont été annulées. François Hollande s'est rattrapé ce jeudi lors d'un déplacement dans le village de Jean Ferrat. L'ancien président s'est d'abord rendu au cimetière pour déposer une gerbe sur la tombe du chanteur.

François Hollande s'est ensuite rendu à la maison Jean Ferrat guidé par sa compagne Colette.

"Jean Ferrat fait partie de la République" — François Hollande, ancien président de la République

François Hollande rend un hommage républicain à Jean Ferrat à Antraigues en Ardèche

François Hollande est venu saluer le chanteur engagé, de gauche : "c'était une promesse que j'avais faite, aux élus, à la famille, d'être présent à Antraigues afin de rendre un hommage amical à Jean Ferrat et aussi un hommage républicain. Parce que Jean Ferrat fait partie de la République par les chansons qu'il a chantées, les textes qu'il a écrits, les musiques qu'il a composées qui sont devenues des éléments de notre patrimoine, et qui en plus par leur force, par leurs messages, peuvent aussi enrichir les valeurs républicaines."

Discussion avec les gilets jaunes

En marge de cette visite privée, l'ancien chef de l'État a aussi pris du temps pour discuter avec des "gilets jaunes" venus à sa rencontre auprès desquels il a défendu son bilan. Une poignée de gilets jaunes attendaient François Hollande à la sortie de la Maison Jean Ferrat. Il est allé à leur rencontre pour discuter une bonne dizaine de minutes.

François Hollande assume devant les gilets jaunes la politique qu'il a menée. Il ne conçoit pas que l'exécutif se défende aujourd'hui en expliquant que, si cette colère s'exprime aujourd'hui, c'est que les solutions n'ont pas été apportées depuis trente ans.

François Hollande sur les gilets jaunes: "on n''en fait jamais assez, mais ce qui a heurté, ce sont des décisions prises depuis 18 mois"

"On n'en fait jamais assez, mais ce qui a heurté, ce sont des décisions prises depuis 18 mois : supprimer l'ISF sans raison économique valable et avec une inégalité apparue comme insupportable ; baisser les aides au logement alors qu'il y a besoin, aussi bien sur les villes que dans les territoires ruraux, d'accompagner des populations qui souffrent d'un pouvoir d'achat entamé ; laisser incompris la suppression des emplois aidés (...). Ce sont toutes ces décisions qui ont peut-être provoqué une étincelle qui a pris sur un terreau qui déjà été en difficulté, souffrant."

"Jamais je n'aurais supprimé l'ISF" — François Hollande, ancien président de la République

Comment François Hollande serait sorti de cette crise s'il était au pouvoir? Il répond : "d'abord je ne l'aurais pas laissée se développer, j'aurais immédiatement proposé une négociation, la même que Laurent Berger au titre de la CFDT avait réclamée. Ensuite, j'aurais trouvé des solutions pour renvoyer un certain nombre de décisions pour permettre à la concertation de déboucher. Parce que si on augmente au 1er janvier les taxes, comment faire comprendre que la concertation va être utile et efficace et sincère. Et puis enfin, -mais ça c'est le choix de mon successeur, jamais je n'aurais supprimé l'ISF." 

François Hollande a fini sa visite par un déjeuner à "La Remise", le restaurant d'Antraigues, fief des pilotes du rallye Monte-Carlo.