Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Appels en pleine nuit, détresse sociale, sécurité : le maire, le "couteau suisse" de la République

-
Par , France Bleu Mayenne, France Bleu

Alors que s'achèvent leurs mandats, nous avons demandé à des maires mayennais de nous raconter des souvenirs qui les ont marqués ces six dernières années. Demandes loufoques, insolites, appels en pleine nuit parfois pour un rien ou encore des moments plus dures, difficiles.

Mairie de Laval, image d'illustration.
Mairie de Laval, image d'illustration. © Radio France

Pas une minute à eux ! Les maires sont sollicités en permanence. Un maire, un adjoint, doit être disponible, tout le temps, le téléphone quasiment collé à l'oreille, 24 heures sur 24, 7 jours sur 7. 

Marc Bourges, à la tête de la commune d'Izé, dans les Coëvrons, depuis 2014, se rappellera toujours de ce coup de fil, futile selon lui, de la gendarmerie : "loufoque et ça vous met en rogne c'est ce coup de téléphone à 3 heures du matin d'un planton à Laval qui nous annonce un chien errant sur la route départementale, qui nous demande de faire le nécessaire parce que nous en sommes responsables et pas la gendarmerie. On peut alors péter un câble, pour un simple chien errant sur la voie publique"

Un appel en pleine nuit pour un chien errant sur la route, on peut péter un cable", le maire d'une commune des Coëvrons

Un maire doit également savoir déminer toutes les situations, faire preuve d'empathie, de solidarité. C'est ce qui est arrivé à Christophe Langoüet à Cossé-le-Vivien : "j'ai reçu à plusieurs reprises des gens qui me disaient qu'ils n'avaient plus rien à manger. On a chez nous un dispositif de bons qui leur permet d'aller acheter de la nourriture au supermarché du coin. Ce sont des moments difficiles très sincèrement"

Il y a quand même des moments plus rigolos, heureusement. Comme à Villaines-la-Juhel lors de la visite d'une ministre très très connue il y a quelques années raconte Daniel Lenoir : "les enfants regardaient Ségolène Royal les yeux écarquillés. L'enfant, qui a fait un discours, m'a dit qu'il avait vécu le plus beau jour de sa vie !".  

Comme partout en France, malgré la passion qui les anime, beaucoup de maires en Mayenne ont décidé de raccrocher l'écharpe en mars prochain. Trop de pression et des moyens, financiers notamment, de plus en plus limités.

►►Ecoutez les souvenirs d'un maire mayennais, "quand on peut aider, on le fait"

Michaël Marquet, le maire de Nuillé-sur-Vicoin, dans le Sud Mayenne

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu