Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dans les rues de Strasbourg, ce mardi soir.

Attaque mortelle à Strasbourg : ce que l'on sait de la fusillade qui a fait au moins trois morts et 12 blessés

Politique

Après 44 ans de combats politiques et syndicaux, Annick Mattighello quitte son poste de maire de Louvroil

mercredi 31 janvier 2018 à 19:43 Par Rafaela Biry-Vicente, France Bleu Nord

La communiste et militante CGT a marqué la vie politique pendant 44 ans dans la Métropole lilloise, puis dans le Val de Sambre. A 67 ans, la femme de gauche a décidé de quitter son siège de maire de Louvroil pour des raisons de santé.

Annick Mattighello
Annick Mattighello © Radio France - Rafaela Biry Vicente

Louvroil, France

L'origine du combat contre les injustices d'Annick Matthighello remonte à son enfance. Elle grandit à Ronchin avec sa mère et ses 7 frères et sœurs.

La famille nombreuse et très modeste connait les coupures d'électricité, les visites des huissiers. Et puis à 14 ans, elle découvre un autre monde en commençant à travailler dans un salon de thé Lillois, elle qui fait Ronchin-Lille à pied faute de moyen pour prendre le bus doit servir à manger à des chiens  

je devais préparer des petits fours pour les petits chiens de ces dames, alors oui il y avait un peu de révolte qui sommeillait 

le reportage de Rafaela Biry-Vicente

A 18 ans Annick Mattighello est embauchée chez Thomson à Lesquin, elle y travaillera jusqu'à la fermeture en 1997. Ouvrière à la chaine, elle fabrique des frigos elle sera vite remarquée par la CGT, et 2 ans après son arrivée, elle est élue secrétaire du syndicat en 1974, une première pour une femme dans la métallurgie.  

Secrétaire de la CGT chez Thomson  et secrétaire du PC dans le Nord pendant 10 ans

Celle qui a toujours sa carte à la CGT a des tas de souvenirs chez Thomson, la solidarité sur les chaines, et aussi les combats pour les salaires et les conditions de travail. La syndicaliste se souvient des occupations de l'usine, des enchainements aux grilles de la préfecture.  

Repérée par le parti communiste, elle deviendra la secrétaire du parti dans le Nord pendant 10 ans. A toutes les élections elle est présente, législatives compris. Elle est élue conseillère municipale à Lille sous Pierre Mauroy .  

Mais à la fin des années 1990, l'élue a un autre combat en tête, la lutte contre le FN qui ne cesse de progresser, alors elle quitte sa métropole natale pour s'installer dans le Val de Sambre, qu'elle connait bien pour les luttes dans les entreprises de métallurgie.  En 2001, elle est élue maire de Louvroil, réélue au premier tour en 2008 même chose en  2014

Ses priorités, l'éducation et la culture

Dans son nouveau fief, la communiste s’attellera à rénover toutes les écoles, et aussi à construire une médiathèque et le centre culturel Casadesus, car pour elle la culture et fondamentale dans les zones sinistrées.  Tous les ans elle passe aussi des arrêtés anti-expulsions après la trêve hivernale 

"Comment peut-on mettrre des familles à la rue ? faire éclater les enfants dans plusieurs maisons ? pour moi c'est insoutenable, et même si mes arrêtés étaient toujours cassés par le tribunal, il n'y a jamais eu d'expulsion à Louvroil car nous étions prêts à nous mettre en travers de la porte si les huissiers se présentaient"

Et puis c'est une des premières élues à accepter un centre de migrants dans sa commune. A 67 ans malade de l'amiante après ses années passées chez Thomson, l'élue a décidé de prendre sa retraite pour se reposer et plus profiter de ses proches. 

Son seul regret c'est de ne pas avoir réussi à faire tout ce qu'elle voulait pour relancer l'activité économique. Mais avant de partir elle a lancé un nouveau projet de reconversion des friches usinor, avec à la clé 200 emplois.  

Annick Mattighello a reçu pour son engagement en 2001 la légion d'honneur et cet automne la médaille de l'ordre du mérite.