Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Après avoir perdu son siège de député, Guillaume Chevrollier (LR) veut devenir sénateur

vendredi 28 juillet 2017 à 16:59 Par Fabien Burgaud, France Bleu Mayenne

Il n'a pas perdu de temps. Guillaume Chevrollier n'est plus député depuis mi-juin et a été investi par le parti "Les Republicains" pour la campagne des sénatoriales. Il vise le siège du sénateur-maire de Laval, François Zocchetto qui ne se représente pas.

Guillaume Chevrollier sur le marché le de Château-Gontier
Guillaume Chevrollier sur le marché le de Château-Gontier © Radio France - Fabien Burgaud

Château-Gontier, France

Il y a plus d'un mois, Guillaume Chevrollier perdait son siège de député. Battu au 2nd tour, avec 45,22% des voix contre la macroniste Géraldine Bannier. Mais pas le temps de cogiter. L'ancien député du sud-Mayenne repart en campagne pour les sénatoriales, a-t-on appris cette semaine. Il n'a même aucune rancœur après la défaite. '"Moi je regarde devant, il faut regarder l'avenir ! "Et pas non plus de fatigue. Le ton toujours aussi sage, l'ex-député de 42 ans n'a qu'une expression à la bouche "l'amour de l'action publique". Comme pour s'excuser de commencer une 2e campagne en quelques mois. "Fort de mon expérience, je pense que j'ai apporté aux territoires mayennais, à la ruralité, aux élus locaux que j'ai envie d'aider pour exercer au mieux leurs mandats".

"Les sénatoriales ? Une élection différente"

C'était surtout le seul candidat à demander l'investiture, glisse Samia Soultani-Vigneron la patronne des Républicains en Mayenne. Pour elle, une défaite en politique n'a rien de définitif, surtout quand on a été député. "Tous les grands électeurs que j'ai eu suite à sa défaite étaient surpris parce qu'ils ne comprenaient pas cette sanction qui n'était pas juste par rapport au travail rendu ces cinq dernières années." La sanction c'est cette vague Macron qui a empêché Guillaume Chevrollier de décrocher un 2e mandat. Mais cette fois il y croit : le scrutin est différent et l'effet présidentielle est passé selon lui. "Les sénatoriales, c'est une autre élection, un autre contexte..." Une envie aussi de retrouver des responsabilités après un court été à travailler dans l'immobilier. Il peut prendre exemple sur ses aînés. François Zocchetto et Elisabeth Doineau ont été battus aux législatives avant de siéger au Palais du Luxembourg.

Aucune rancoeur pour l'ex-député LR Guillaume Chevrollier