Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Mairie de Grenoble : Jérôme Safar annonce son retrait de la vie politique

lundi 9 octobre 2017 à 10:18 Par Simon De Faucompret, France Bleu Isère

Plusieurs mois après son départ du Parti Socialiste, le chef de l'opposition de gauche à la mairie de Grenoble Jérôme Safar annonce qu'il quittera la scène politique à la fin de son mandat de conseiller municipal. Un départ sans amertume, assure-t-il.

Cela fait plus de 20 ans que Jérôme Safar est élu à Grenoble : place au changement, clame-t-il aujourd'hui.
Cela fait plus de 20 ans que Jérôme Safar est élu à Grenoble : place au changement, clame-t-il aujourd'hui. © Radio France

Grenoble, France

C'était en mai dernier : par un long message sur son compte Facebook, le candidat malheureux aux municipales 2014 Jérôme Safar a indiqué qu'il se désolidarisait du Parti socialiste. Un "pas de côté" motivé notamment par le mauvais résultat du PS aux élections législatives. L'élu avait néanmoins annoncé qu'il resterait impliqué dans la vie de Grenoble par son rôle de conseiller municipal.

Un choix sur lequel il est revient aujourd'hui, puisqu'il veut maintenant mettre un terme à sa carrière politique. "Ça fait 20 ans que je suis élu", rappelle-t-il au micro de France Bleu Isère. "Les derniers mois l'ont montré, la politique bouge. Les gens veulent que le renouvellement se fasse, il faut l'entendre."

Je terminerai mon mandat

Sa décision, insiste-t-il, n'est motivée par aucune amertume. "Si j'étais déçu ou amer, je serais déjà parti." C'est un choix personnel et non lié à "une décision de groupe".

Les choses ne sont pourtant pas si claires que ça : dans un communiqué publié le même jour, Jérôme Safar signe en tant que chef de file du groupe d'opposition de gauche au conseil municipal de Grenoble. "Je terminerai mon mandat", précise-t-il.

Sur le sentiment d'insécurité à Grenoble, réactivé ces derniers jours par des tirs d'arme à feu dans les rues de l'hypercentre, Jérôme Safar se montre assez critique vis-à-vis de la stratégie du Maire de Grenoble.

"La ville donne le sentiment qu'elle n'a pas le pouvoir d'agir." Jérôme Safar, conseiller municipal d'opposition.

Il poursuit : "Il faudrait organiser un conseil municipal avec tous les acteurs de la sécurité grenobloise". Jérôme Safar se dit intéressé par la création, annoncée par le Ministre de l'Intérieur, d'une "police de sécurité du quotidien" qui va être expérimentée dans une quinzaine de villes. "Je suis toujours favorable quand l''État me dit qu'il va remettre des moyens de police et de sécurité sur la table. On verra bien la réalité de ces moyens et leur durée ", commente l'élu grenoblois.

Je ne vais pas être opposé à la Police du Quotidien parce que le maire de Grenoble y est favorable

Les maires de Grenoble, Saint-Martin-d'Hères et d’Échirolles ont fait savoir qu'ils étaient candidats à cette expérience dans l'agglomération. "Je ne vais pas jouer à être opposé à un dispositif parce que le Maire de Grenoble y est favorable", précise Jérôme Safar. "Si l'État peut aider Grenoble à améliorer sa sécurité au quotidien, c'est très bien".

Il faudra trouver ce qui remplacera la vidéosurveillance

Mais la Ville de Grenoble devra aussi faire sa part estime-t-il. "Cela nécessitera aussi la mise en oeuvre de moyens d'accompagnement de la Ville. Puisqu'il y a des décisions qui ont été prises de ne pas avoir recours à la vidéosurveillance, il faudra trouver ce qui pourra remplacer ce moyen de prévention, ou comment on s'en passera définitivement."