Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Après la débâcle des européennes, Laurent Wauquiez doit songer à quitter la tête de LR, selon Françoise Grossetête

Au lendemain du fiasco de la droite française aux élections européennes, l'ex eurodéputée Françoise Grossetête y voit l'échec de la ligne d'un parti qui "s'est rétréci au lieu de s'ouvrir". La ligérienne estime que Laurent Wauquiez doit se poser la question de quitter la tête des Républicains.

"Il faut reconstruire la droite et faire en sorte que ce soit une droite ouverte", déclare Françoise Grossetête au lendemain de l'échec des républicains aux élections européennes
"Il faut reconstruire la droite et faire en sorte que ce soit une droite ouverte", déclare Françoise Grossetête au lendemain de l'échec des républicains aux élections européennes © Radio France - Yves Renaud

Saint-Étienne, France

Elle a choisi de ne pas briguer de nouveau mandat d'eurodéputée mais Françoise Grossetête restera comme une des grandes figures du parlement européen où elle était première vice-président du PPE (Parti Populaire Européen). Ce n'est pas un hasard si la ligérienne avait appelé à voter non pas pour sa famille des républicains mais pour la liste d'En Marche.

"Ce choix-là, explique-t-elle sur France Bleu, était un choix de conviction. Je voyais que la poussée du Rassemblement National était un souci majeur. Je l'ai fait par conviction, d'autant plus que le programme du président Macron et de sa liste était un programme qui ne présentait pratiquement aucune différence avec le programme du parti populaire européen. Et puis je dénonce depuis longtemps le fait que le parti Les Républicains soit un parti qui s'est rétréci et qui au lieu de s'élargir, de s'ouvrir largement à la droite, a préféré faire un choix qui a contribué à augmenter le score du Rassemblement National."

"Une claque terrible" pour les républicains

A la question de savoir si Laurent Wauquiez doit quitter la tête des républicains, comme le réclame notamment Valérie Pécresse, Françoise Grossetête répond en observant le score de la liste conduite par François-Xavier Bellamy : 8,48%, le plus bas score jamais enregistré par la droite aux élections européennes. "C'est quand même une claque terrible ! commente-t-elle. Je me souviens qu'on expliquait que Laurent Wauquiez serait satisfait s'il faisait 14% des voix et qu'en dessous de 14%, ce serait vraiment très mauvais ; un peu plus de 8% c'est une catastrophe ! Laurent Wauquiez doit s'interroger."

Il faut reconstruire la droite et faire en sorte que ce soit une droite ouverte"

Françoise Grossetête voit tout de même un avenir pour la droite mais à condition de changer radicalement de ligne. "Il faut reconstruire la droite dans notre pays, elle est nécessaire, dit-elle. Mais il faut absolument faire en sorte que ce soit une droite ouverte ; elle a exclut un certain nombre de personnes. _Moi-même, je ne me sentais plus du tout à l'aise dans ce parti et je crois que je n'étais pas la seule_. La preuve en est le résultat des républicains."

Ce résultat, les Républicains vont en débattre ce soir à Paris, où un bureau politique est convoqué à 18h00. Les échanges promettent d'être très houleux.