Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

La fête du cochon d'Hayange perturbée par des militants de la cause animale

dimanche 3 septembre 2017 à 21:12 Par Jordan Muzyczka, France Bleu Lorraine Nord et France Bleu

La quatrième édition de la Fête du cochon à Hayange en Moselle n'a pas manqué de susciter la polémique. Après le refus de certains artistes de venir chanter, le discours du maire FN a été perturbé ce dimanche par des militants de l'association 269Life Libération animale.

"Nos traditions d'abord", le slogan avait créé la polémique pour cette quatrième édition de la fête du cochon, à Hayange. Des artistes avaient préféré décommander leur venue.
"Nos traditions d'abord", le slogan avait créé la polémique pour cette quatrième édition de la fête du cochon, à Hayange. Des artistes avaient préféré décommander leur venue. © Radio France - Jordan Muzyczka

Hayange, France

C'est la fête de la discorde. Promesse de campagne, le maire Front national Fabien Engelmann, une fois élu en 2014, a réintroduit la Fête du cochon, un événement supprimé dans les années 60. Et cette quatrième édition n'aura pas été de tout repos.

Côté coulisses, plusieurs artistes comme la chanteuse Eve Angeli ou encore Caroline Loeb ont déprogrammé leur venue. En cause: le caractère politique de ces festivités. Et puis ce dimanche, la fête du cochon, "fête du FN" pour les opposants a été perturbée par 34 militants de la cause animale, l'association 269Life Libération animale. Ils ont interrompu le discours du maire en l'encerclant avec des affichettes "ni racisme, ni spécisme".

"Je suis végétarien - Fabien Engelmann maire d'Hayange

"Ils me font bien rire ces gens là" s'empresse de confier l'élu frontiste. "Je suis militant de la cause animale depuis que j'ai 13 ans, je suis végétarien", tient-il à rappeler. "Ces gens ne vont pas à la fête du mouton [Aïd-El-Kébir, la fête religieuse musulmane consistant à sacrifier un ovin] par exemple.

"Ils ne viennent ici seulement parce que je suis Front National. Ce sont des extrémistes qui desservent la cause animale." Fabien Engelmann, maire d'Hayange

34 militants de l'association 269Life Libération Animale ont perturbé le discours du maire Fabien Engelmann à l'occasion de la Fête du cochon, à Hayange. - Aucun(e)
34 militants de l'association 269Life Libération Animale ont perturbé le discours du maire Fabien Engelmann à l'occasion de la Fête du cochon, à Hayange. - Association 269Life Libération Animale

Cette fête n’est pas celle du cochon mais celle de ceux qui l’exploitent [...] et enfin de ceux qui s’en servent pour prôner un message de haine et de racisme à l’égard d’une communauté à la culture différente." Association 269Life Libération animale

La politique n'est jamais très loin

Pourtant, les habitants de la commune et du secteur sont venus avec entrain à cette nouvelle édition. Ils étaient environ 5.000, autant que l'an passé. "C'est un moment convivial, comme il y en a peu ici", dit Francis. "J'adore venir", explique tout sourire Sandrine, originaire de la commune de 15.000 âmes. "On tape sur cette fête, mais il y a plein d'autres communes en Moselle et en France qui mettent à l'honneur le cochon. Et là, on ne dit rien!"

Un père de famille, venu un peu en traînant les pieds, remarque tout de même que "des personnes ont des attributs particuliers", à comprendre: des tatouages, des crânes rasés et des vestes en cuir. "Je me sens mal à l'aise, vraiment. Après, je suis là, je ne fais pas de politique. On peut venir sans être apparenté FN".

"Je suis d'extrême-droite", souligne Boogie, un motard venu du coin avec d'autres camarades. "Je ne vois pas où est le problème. Ceux qui ne veulent pas venir ne viennent pas et puis c'est tout. C'est tout simple. On tolère tout le monde ici, tant qu'il n'y a pas de souci".

Boualem par exemple, est installé a une terrasse, au centre-ville. Lui qui fête l'Aïd n'est pas dérangé par cet événement: "C'est comme ça, chacun pratique de son côté, et tant que tout se passe bien, c'est parfait. tout va bien. Tant qu'on se respecte tous". La cinquième édition de la Fête du cochon est d'ors et déjà prévue en 2018.