Passer au contenu

Le média
de la vie locale

Publicité
Logo France Bleu

Après les régionales marquées par une faible participation, l'horizon flou de la présidentielle

Par

Après des régionales boudées par les Français et difficiles à déchiffrer, tous les regards se tournent désormais vers la présidentielle, prévue en avril 2022.

Le chef de l'État, Emmanuel Macron, à la sortie de l'isoloir dans le bureau de vote du Touquet (Hauts-de-France), le 20 juin 2021. Le chef de l'État, Emmanuel Macron, à la sortie de l'isoloir dans le bureau de vote du Touquet (Hauts-de-France), le 20 juin 2021.
Le chef de l'État, Emmanuel Macron, à la sortie de l'isoloir dans le bureau de vote du Touquet (Hauts-de-France), le 20 juin 2021. © AFP - CHRISTIAN HARTMANN / POOL

Abstention historique, échecs du RN et de LREM, les sortants reconduits : après des élections régionales et départementales boudées par les Français et difficiles à déchiffrer, tous les regards se tournent désormais vers la présidentielle 2022. Quels enseignements tirer de ce double scrutin et qu'en conclure pour la prochaine élection alors que certains ont déjà lancé leur campagne, à l'image de Xavier Bertrand (ex-LR), réélu à la tête des Hauts-de-France ? 

Publicité
Logo France Bleu

"Des élections déconnectées les unes des autres"

Si en France métropolitaine l'ensemble des treize présidents de régions ont été réélus, "ce que certains vont présenter comme le retour de la gauche et de la droite ne se traduit pas dans les sondages pour 2022. Les élections sont de plus en plus déconnectées les unes des autres", prévientChloé Morin, politologue associée à la Fondation Jean-Jaurès interrogée par l'AFP.

"Fondamentalement, il est impossible de tirer des enseignements politiques viables avec une telle abstention", estime pour sa partAurélien Antoine, politologue, invité de France Bleu Saint-Étienne Loire. "Ce qui est inquiétant c'est que ça laisse beaucoup d'incertitudes (...) Il ne faut pas oublier que l'année prochaine, les élections législatives se déroulent dans des circonscriptions locales et cela pose des questions quant à l'issue de ce type d'élection l'année prochaine, plus que la présidentielle."

La droite et la gauche veulent y croire

La droite, rassurée par les victoires de Jean Rottner dans le Grand Est, d'Hervé Morin en Normandie et de Renaud Muselier en Paca notamment, veut pourtant y croire. Réélu avec 52,37% des voix face à son adversaire du RN Sébastien Chenu, Xavier Bertrand s'est dit prêt, dimanche soir, à aller à "la rencontre de tous les Français". Laurent Wauquiez, reconduit avec plus de 57% des suffrages face à la liste d'union de la gauche en Auvergne-Rhône-Alpes, est aussi sur les rangs. De même que la présidente de la région Ile-de-France,Valérie Pécresse(Libres!, ex-LR), qui a indiqué qu'elle se prononcera à la rentrée sur une éventuelle candidature.

Dans la lignée du premier tour, la gauche sort aussi requinquée de ce scrutin. De quoi faire dire au numéro un du PS Olivier Faure que son parti avait la "responsabilité de rassembler l'ensemble de la gauche et des écologistes" pour 2022. Alain Rousset en Nouvelle-Aquitaine, Carole Delga en Occitanie, François Bonneau en Centre-Val de Loire, Marie-Guite Dufay en Bourgogne-Franche-Comté et Loïg Chesnais-Girard en Bretagne ont tous fini en tête, même si ce dernier n'aura qu'une majorité relative.

Emmanuel Macron et Marine Le Pen en tête des intentions de vote selon un sondage

Si le RN et LREM apparaissent comme les grands perdants ce double scrutin local, Emmanuel Macron et Marine Le Pen figurent cependant toujours en tête des intentions de vote au premier tour selon un sondage Ipsos/Sopra Steria pour Radio France, France Télévisions et LCP-Assemblée nationale/Public Sénat. Quel que soit le candidat, la droite n'atteindrait pas le second tour.

"Il va falloir quand même se méfier parce qu'il n'y a pas du tout d'ancrage local de la République en marche", tempère Aurélien Antoine, politologue_. "Élection locale après élection locale, c'est un échec. En ce qui concerne le Rassemblement National, il n'a pas réussi les prises lors des scrutins intermédiaires. C'est vraiment un fort échec. Il est très difficile de dire si ça va avoir un effet sur un scrutin national comme la présidentielle où cela se joue beaucoup sur la personne. En revanche, pour les législatives, je pense qu'il y a un peu plus d'incertitudes." _

Ma France : Économies d’énergie

Hausse généralisée du coût de la vie, risque de pénurie d’électricité ou de gaz, phénomènes climatiques extrêmes : ces crises bouleversent nos quotidiens, transforment nos modes de vie, nous poussent à dessiner les contours d’horizons nouveaux. Pour répondre à ces défis, France Bleu et Make.org lancent une grande consultation citoyenne autour des économies d’énergie. Prenez position sur ces solutions & proposez les vôtres !

L'info en continu

Publicité
Logo France Bleu