Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

ARCHIVES - Jean Royer : une statue... et quoi d'autre ?

-
Par , France Bleu Touraine

Plus de deux ans après sa mort et près de 20 ans après son départ de la mairie de Tours, Jean Royer a désormais une statue. Financée grâce aux dons recueillis par une association, elle est installée place de la Liberté. Retour sur l'héritage de ses 36 années à la tête de la ville.

Jean Royer en 1993.
Jean Royer en 1993. © Maxppp

Entre 1959 et 1995, Tours est passé de 85 000 à 135 000 habitants. Mais elle a gardé le même maire, Jean Royer.

Pendant ses 36 annnées de mandat, l'aménagement le plus visible a été celui de la vallée du Cher. Les travaux ont commencé par la rivière elle-même, dont le cours a été modifié sur plusieurs kilomètres . Au bord de l'eau la ville a fait construire le stade, où joue le TFC, et le quartier des rives du Cher.

Le quartier des rives du Cher à Tours.
Le quartier des rives du Cher à Tours.

La géographie de la ville a aussi été modifiée par le passage de l'A10. Le centre historique de Tours a été classé (1974) et en partie refait avec la construction des halles, achevées en 1980.

Les halles de Tours.
Les halles de Tours.

D'importants projets relativement aisés à mener à bien lors des années fastes. La croissance beaucoup plus lente des années 80 et 90 a tout de même vu le TGV arriver à Tours et, en face de la gare, un palais des congrès, le Vinci. Prévu pour moins de 700 millions de francs, l'équipement a finalement coûté plus de 400 millions... d'euros.

En cette période, "l'impression qu'on pouvait toujours s'endetter" - Jean Germain

Royer - Jean Germain

Le centre de congrès Vinci à Tours.
Le centre de congrès Vinci à Tours.

Une personnalité stricte

Pour beaucoup de Tourangeaux, Jean Royer était "un peu plus qu'un maire " : "Il répondait personnellement aux courriers ", se souviennent certains administrés. Sa personnalité "paternaliste ", "un peu dirigiste " et sa croisade contre la pornographie, en vidéo ou en revues, ont aussi marqué les mémoires.

Royer Enro Obsèques

Pour le reste de la France, Jean Royer était à la fois le "père la pudeur" et l'homme par qui les seins sont arrivés à la télévision, bien malgré lui, lors de la campagne présidentielle de 1974. Plusieurs dizaines d'opposants à son programme, très axé sur la morale, avaient envahi l'un de ses meetings , à Toulouse. Et quand une femme a enlevé le haut, la caméra n'a pas détourné le regard : une première pour l'époque. Jean Royer a finalement obtenu 3,17 % des suffrages à l'élection présidentielle.

Fier d'avoir "développé le patrimoine de la ville"

Choix de la station

À venir dansDanssecondess