Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Armement des policiers municipaux : pour le maire de Clermont-Ferrand, c'est pallier les manquements de l'Etat

mardi 11 septembre 2018 à 13:06 Par Juliette Micheneau, France Bleu Pays d'Auvergne

Un rapport parlementaire préconise l'armement systématique des policiers municipaux. Pour Olivier Bianchi, maire de Clermont-Ferrand, l'Etat demande aux municipalités de pallier les effectifs manquants de police nationale.

Olivier Bianchi, maire de Clermont-Ferrand
Olivier Bianchi, maire de Clermont-Ferrand © Radio France - Eric Le Bihan

Clermont-Ferrand, France

Aujourd'hui moins d'un policier municipal sur deux en France est équipé d'une arme à feu. Ce rapport, rendu ce mardi au Premier ministre, continent 78 propositions pour pour une meilleure coordination entre les forces de l'ordre, la police municipale et les agents de sécurité privée. Parmi elles, l'idée d'armer systématiquement les policiers municipaux.

Dans le Puy-de-Dôme, sept communes de l'agglomération clermontoise ont armé leur police municipale alors que le maire de Clermont-Ferrand y reste opposé. "Si la loi obligeait les policiers municipaux à être armés, j'appliquerais la loi", confirme Olivier Bianchi. Avec malgré tout ce constat : "L'idée sous-jacente, c'est que la police municipale deviennent une autre police et fasse exactement les mêmes missions que la police nationale. [...] A un moment où l'Etat nous demande de faire des économies en ne pouvant pas dépasser 1,2% de nos dépenses, il nous demande aussi par ailleurs de créer des postes de policiers municipaux pour venir remplacer les policiers nationaux qui n'ont pas été nommés dans nos territoires." Et le maire de Clermont-Ferrand d'ajouter : "Personne n'imagine que la police réglera les problèmes en sortant leur revolver à chaque seconde. On n'est pas au Far West"

A retenir aussi de l'interview d'Olivier Bianchi...

La municipalité et la Préfecture cherchent des solutions dans le cadre légal : "Leur assurance, les locaux, le bail... Nous essayons de trouver une solution pour que le Bastion social ne soit plus à Clermont-Ferrand dans les mois qui viennent."

  • Sur les runs au Brézet

"Les dos d'âne et le radar [ndlr : boulevard Blériot], ce sont des installations qui ont coûté de l'argent à la municipalité, et dont l'efficacité est relative." En revanche le maire de Clermont reconnaît l'utilité de la nouvelle loi adoptée dans l'été qui durcit les sanctions contre les rodéos motorisés : "Les parlementaires sur cette question ont été courageux, ils ont fait _une loi utile, nécessaire_, ici les forces de l'ordre l'ont appliquée, les premiers résultats sont démontrés."

"Le maire a un devoir d'humanité. Je vais faire installer l'eau pour ce campement et aussi l'enlèvement des ordures _pour que les questions de santé, d'hygiène soient respectées. Mais je vais essayer d'éviter qu'on ait une 'favelas' dans la ville_." Comme le réclame le Secours populaire, pour le maire de Clermont-Ferrand, "l'enjeu est d'organiser rapidement une table ronde, sereine, avec l'ensemble des pouvoirs publics concernés, je rappelle que c'est l'Etat et le Département qui ont les compétences en la matière [...] Je me rendrai disponible à n'importe quel moment pour participer à cette table ronde.