Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

"Arrêter le glyphosate ? Si tous les européens le font, alors oui" réactions au discours d'Emmanuel Macron à Quimper

jeudi 21 juin 2018 à 20:25 Par Benjamin Bourgine, France Bleu Breizh Izel

Après le discours du chef de l'état à Quimper, chacun a gardé en tête une partie du discours-fleuve du Président de la République. Il a abordé l'essentiel des thématiques développées pendant ces deux jours en Bretagne. Réactions.

Emmanuel Macron a tenté de répondre à toutes les questions bretonnes
Emmanuel Macron a tenté de répondre à toutes les questions bretonnes © Radio France - Benjamin Bourgine

Quimper, France

Nathalie Sarrabezolles, présidente du Conseil Départemental du Finistère

"C'est un premier pas, ce discours. Vers la Bretagne, vers le Finistère. Sur l'accessibilité, il semble que sur les différents aspects sur lesquels nous voulions des engagements, on obtienne des réponses positives pour l'instant, il faut voir comment ces engagements seront tenus dans la durée. Si on prend l'aspect ferroviaire, de dire qu'on va tenir les 3h17 d'ici 4 ans, c'est intéressant. Je suis persuadée que la mobilisation des élus a payée. Tous les élus de Bretagne ensemble. Cette solidarité territoriale a payé".

Marc Le Fur, député des Côtes d'Armor

"Il y a eu des avancées concrètes. Comme la RN 164, c'est positif. On peut comprendre que la partie de Mur de Bretagne ce soit plus difficile, il y a une difficulté de nature juridique. _Sur le chemin de fer à Brest, c'est moins net_. La partie des trains "bolides", il devrait y en avoir plus, c'est bien, mais ils font toujours 3h17, nous on voudrait 3h. Quant au glyphosate... Il a beaucoup parlé d'Europe. Moi je veux bien tout ce qu'on veut sur le glyphosate, simplement, que tous les pays concurrents au sein de l'Europe, l'applique".

André Sergent, président de la chambre d'agriculture du Finistère

"La restructuration des filières élevage, bon... Il nous a un peu demandé à nous, nos filières agricoles, de nous adapter aux changements de la société, et nous serons ainsi mieux payés. Il propose d'avoir des initiatives locales pour faire avancer les choses_, ça m'a plu_. Sur le glyphosate, on connaissait sa position. Moi je ne suis pas scientifique pour me prononcer. Par contre, si la décision (d'interdire) est prise à l'échelle européenne, alors oui, mais on aura besoin de temps pour s'adapter. Je suis le premier à dire que je suis européen, mais à condition que les règles qui régissent notre agriculture soit aussi européennes."