Passer au contenu

Le média
de la vie locale

Publicité
Logo France Bleu

Article 49.3 : Qu'en pensent les député(e)s de Drôme Ardèche ?

- Mis à jour le
Par

Manuel Valls engage ce mardi après-midi la responsabilité de son gouvernement pour faire passer la loi travail sans vote des députés et en mettant fin aux discussions.

Manuels Valls lors de l'annonce du recours au 49.3, le 10 mai 2016
Manuels Valls lors de l'annonce du recours au 49.3, le 10 mai 2016 © Radio France - Nicolas Kovarik

Le premier ministre a dégainé le 49.3 ce mardi après-midi à l'assemblée. Manuel Valls engage la responsabilité de son gouvernement pour faire passer la loi travail sans vote des députés et en mettant fin aux discussions. Il en avait reçu l'autorisation en début d'après-midi après un conseil des ministres extraordinaire. Cette annonce a été marquée par un tollé dans les rangs des Républicains et de l'UDI. Ils déposent une motion de censure. Elle sera examinée jeudi. Ce mardi soir, comment réagissent les députés de Drôme Ardèche à ce passage en force ?

Publicité
Logo France Bleu

Pas très bien, quelque soit leur bord politique. Comme pour la loi Macron, les parlementaires regrettent d'être privés de débat sur cette nouvelle loi très polémique. Elle est devenue un véritable fardeau pour le gouvernement selon le député socialiste ardéchois Pascal Terrasse :

Soit il renonçait, il retirait totalement ce texte et il sortait affaibli. Soit le Parlement modifiait substantiellement son texte et il sortait affaibli ! Dans tous les cas, le gouvernement sur cette partie là sort affaibli.

Olivier Dussopt, le député maire socialiste du nord Ardèche, préfère rester discret selon ses propres mots. Il ne livre aucune réaction ce mardi soir sur le 49.3. A peine l'élu rappelle t-il qu'il n'aurait pas voté un texte non modifié. Mais de là à voter la motion de censure, c'est hors de question.

La députée du nord Drôme Nathalie Nieson parle d'une décision pragmatique :

Quand on voit qu'au bout de plusieurs jours de débat, nous n'avions pas encore atteint l'article 2, on peut se poser la question de la qualité des discussions et surtout de ce que cela allait donner. Il fallait être pragmatique, même si [le 49.3] c'est toujours un constat d'échec.

La motion de censure déposée par les républicains et UDI sera examinée jeudi. Il reste à savoir maintenant si les frondeurs socialistes iront jusqu'au bout du processus et voteront ce texte.

Sabine Buis, députée socialiste du sud Ardèche, parle d'une déception :

Je ne conçois pas mon rôle de parlementaire pour être soumise au 49.3

A Droite, les députés sont vent debout contre cette décision de Manuel Valls, à commencer par Franck Reynier le député maire UDI de Montélimar. Pour lui, c'est un constat d'échec terrible :

C'est inquiétant pour l'année qu'il reste à ce gouvernement. Et c'est inquiétant pour la France. François Hollande a beau nous expliquer que la France va mieux. Les Français ne sont pas dupes. Et la preuve est ici au Parlement. Aucun texte n'arrive à passer.

Pour Patrick Labaune (Les Républicains) le pays est devenu ingouvernable et le député de Valence attend maintenant la dissolution de l'Assemblée :

Le Président de la République n'a plus de majorité, il peut dissoudre. Alors il utilise le 49.3 pour une loi, très bien. Mais il n'a plus de majorité. Cela veut dire que toutes les lois qui vont arriver, dès que quelques députés socialistes ne seront pas d'accord et vont faire un "caca nerveux" (sic) il va faire le 49.3. On ne va pas tenir comme cela pendant un an.

Dans le même camps, Hervé Mariton pense que ce qui devait arriver est arrivé :

Quand le gouvernement propose aujourd'hui le contraire de ce que François Hollande a dit en 2012 (...) il n'y a aucune raison que cela puisse passer facilement à l'Assemblée. Nous en sommes au 49.3. C'était prévisible et c'est un gâchis.

Ma France : Économies d’énergie

Hausse généralisée du coût de la vie, risque de pénurie d’électricité ou de gaz, phénomènes climatiques extrêmes : ces crises bouleversent nos quotidiens, transforment nos modes de vie, nous poussent à dessiner les contours d’horizons nouveaux. Pour répondre à ces défis, France Bleu et Make.org lancent une grande consultation citoyenne autour des économies d’énergie. Prenez position sur ces solutions & proposez les vôtres !

L'info en continu

Publicité
Logo France Bleu