Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Assemblée nationale : l'autonomie de la Corse en question

mardi 31 octobre 2017 à 19:05 Par Maxime Becmeur, France Bleu RCFM

Le débat sur l'autonomie de la Corse s'est invité ce mardi sur les bancs de l'Assemblée nationale. Une question posée par Paul-André Colombani, député Pè A Corsica de la seconde circonscription de Corse-du-Sud. Il a demandé l'ouverture d'un dialogue sur cette question au lendemain des Territoriales.

Lors de la séance des questions orales, Paul-André Colombani a interpellé le gouvernement sur la question de l'autonomie de la Corse.
Lors de la séance des questions orales, Paul-André Colombani a interpellé le gouvernement sur la question de l'autonomie de la Corse. © Maxppp - France Bleu RCFM

Corse, France

Le sujet de l'autonomie de la Corse s'est invité à l'Assemblée nationale, lors de la séance des questions orales. Paul-André Colombani, député (Pè A Corsica) de la seconde circonscription de Corse-du-Sud, a interrogé le Premier ministre sur l'attitude que le gouvernement pourrait avoir au lendemain des élections territoriales des 3 et 10 décembre. Car il s'agit, selon lui, d'une aspiration largement partagée dans l'île.

Paul-André Colombani, député (Pè A Corsica) de la circonscription de Corse-du-Sud. - Maxppp
Paul-André Colombani, député (Pè A Corsica) de la circonscription de Corse-du-Sud. © Maxppp - France Bleu RCFM

"Les années 2014 et 2015 ont marqué le début d'une ère nouvelle pour notre île, avançait Paul-André Colombani lors de son intervention. Ma famille politique rassemblée a remporté les élections territoriales de décembre 2015. Aujourd'hui, l'idée d'une Corse autonome est très largement répandue. Des Corses, de naissance ou de cœur, nationalistes ou non, partagent massivement et démocratiquement l'aspiration à une évolution politique et institutionnelle fondée non sur le rapport de force, mais sur le dialogue, l'esprit de réconciliation et la recherche d'une solution pérenne."

Paul-André Colombani, député (Pè A Corsica) de la seconde circonscription de Corse-du-Sud.

Gérard Collomb, le ministre de l'Intérieur, a répondu à Paul-André Colombani. "Je suis, dit-il, comme le président, favorable à l'autonomie de la Corse, mais dans le cadre de la République française". Gérard Collomb a malgré tout évoqué le risque d'une fuite en avant, d'une dislocation. "Tout le monde y perdrait", a conclu le ministre.

Gérard Collomb, le ministre de l'Intérieur

Gérad Collomb, ministre de l'Intérieur. - Maxppp
Gérad Collomb, ministre de l'Intérieur. © Maxppp - France Bleu RCFM