Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Assistants FN au Parlement européen : des juges d'instruction vont enquêter

- Mis à jour le -
Par , France Bleu

Des juges vont enquêter sur les soupçons de salaires indûment versés à des assistants parlementaires d'élus FN au Parlement européen, annonce l'AFP ce jeudi. L'information judiciaire a été ouverte par le parquet de Paris le 15 décembre et confiée à des magistrats du pôle financier.

Marine Le Pen au Parlement européen, à Strasbourg.
Marine Le Pen au Parlement européen, à Strasbourg. © AFP - Frédérick Florin

Des assistants parlementaires d'élus Front national ont-ils touché des salaires auxquels ils n'avaient pas droit, au Parlement européen à Strasbourg ? C'est à cette question que des juges d'instruction du parquet de Paris vont tenter de répondre. Une information judiciaire a en effet été ouverte le 15 décembre dernier pour abus de confiance et recel, escroqueries en bande organisée, faux et usage de faux et travail dissimulé, révèle l'AFP ce jeudi.

À l'origine de cette affaire : une enquête conduite depuis mars 2015 par le parquet, qui avait été saisi par le Parlement européen. L'institution avait des soupçons sur les conditions dans lesquelles étaient employés et payés 20 assistants frontistes au Parlement européen, car leurs noms apparaissaient aussi sur le dernier organigramme du parti en France. Ce qui laissait supposer que ces personnes étaient affectées à d'autres tâches que leur activité à Strasbourg, tout en étant rémunérées par des fonds européens.

Une persécution politique organisée par le pouvoir" - Marine Le Pen

Invitée à réagir, Marine Le Pen a estimé que cette décision était le fruit "d'une persécution politique, massive, organisée par le pouvoir qui cherche à instrumentaliser la justice". "On se moque de savoir à quoi ça aboutira", a déclaré la présidente du Front national au Parisien. Elle a dénoncé un effet "d'annonce" destiné à "nuire à sa campagne".

Les ennuis judiciaires s'amoncellent pour le FN

En août 2016, l'organisme antifraude de l'Union européenne (Olaf) a demandé au Parlement européen de recouvrer 339.946 euros auprès de Marine Le Pen elle-même, une somme correspondant aux salaires versés à deux de ses assistants parlementaires. L'avocat de Marine Le Pen avait annoncé un recours. Le Parlement européen a également réclamé 320.000 euros à Jean-Marie Le Pen, lui aussi élu à Bruxelles et à Strasbourg.

Les ennuis judiciaires s'accumulent pour le FN, qui a déjà été renvoyé en procès ainsi que deux de ses cadres, dans l'affaire du financement de ses législatives en 2012. Le procès n'a pas encore eu lieu.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess